Interview de Kinori, le Youtubeur des prépas et étudiant à HEC Paris

Mathis alias Kinori sur Youtube est étudiant à HEC Paris depuis plus d’un an, il est actuellement en année de master 1 après 2 ans de classe prépa.

Dans cette interview, Kinori nous parle de son expérience en prépa mais aussi de la transition entre la prépa et l’école de commerce. Il nous partage aussi sa vie à HEC Paris depuis bientôt 2 ans.

Est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Mathis, je suis actuellement étudiant à HEC Paris en Master, après avoir fait deux ans de prépa à Henri IV. J’ai aussi une chaîne YouTube qui s’appelle, Kinori, sur laquelle j’ai posté beaucoup de vidéos pour parler de la prépa et qui donne des conseils pour réussir les concours.

Comment as-tu vécu tes deux années de prépa ?

Mes deux années de prépa étaient un moment assez difficile, il y avait énormément de travail mais j’ai vraiment aimé ce que j’ai fait ! Il fallait être très concentré dans ce qu’on fait et sans aucune distraction, en tout cas dans mon cas à Henri IV. Il y avait que la prépa dans ma tête. La prépa m’a permis de me surpasser à l’oral, à l’écrit et dans toutes les matières.

Mais c’est aussi avant tout une expérience humaine : des rencontres de profs et des rencontres d’amis. Globalement je l’ai bien vécu. C’étaient des moments difficiles. Mais ce que j’en retire à la fin, c’est que ça m’a beaucoup apporté autant dans ma vie personnelle que professionnelle.

Comment as-tu vécu la transition entre la prépa et l'école ?

En fait, quand on entre en école, on a assez peu d’heures de cours. Moi, par exemple, j’ai une douzaine d’heure de cours par semaine et on a beaucoup de temps libre. 

La question, c’est comment j’occupe mon temps libre ? Si tu ne fais rien, en fait c’est le « vide », donc tu as l’impression de perdre de ton temps. Et en fait, en école, ce qui compte le plus : c’est les associations, les activités extra-scolaires, les projets personnels. On a le temps de s’investir et de s’en occuper.

Au début, pour moi, c’était difficile parce que c’était moins stimulant intellectuellement. Après, je me suis concentré sur mes projets, sur ma chaîne YouTube et donc finalement, j’ai plutôt bien vécu ma première année à HEC Paris.

À HEC vous avez l'opportunité, dès la première année de partir à l'international ou de faire une double licence, qu'as-tu choisi ?

J’ai choisie l’international, je suis parti à Bocconi à Milan en Italie pour un semestre d’échange. J’ai adoré cet échange, c’est formidable de pouvoir partir à l’étranger quand tu viens juste de rentrer en école.

J’étais beaucoup plus détaché de l’école, je pense, dans le sens où, contrairement aux Italiens sur place, je n’étais pas très concentrée dans les cours parce que, à l’inverse de moi, pour eux les cours comptaient dans leur dossier.

Alors que pour moi, cet échange c’était plutôt « qu’est-ce que j’ai envie d’apprendre globalement dans mon échange ? »

C’est forcément un peu de cours, mais c’est aussi apprendre la langue, rencontrer des gens, apprendre la culture du pays. Et donc je pense que ça m’a permis d’être plus indépendant et autonome dans ma vie en général.

Est-ce que HEC ça te plaît ?

Bien sûr, que ça me plaît ! Il y a tellement d’opportunités, tellement de choses que tu peux faire. C’est perturbant parce que tu es libre. T’es très libre de faire ce que tu as envie de faire. Moi, ça me plaît beaucoup parce que j’ai du temps pour mes projets. J’ai des cours qui sont intéressants aussi. Et puis, je suis beaucoup plus libre, je peux faire des vidéos, je peux écrire une newsletter, je peux faire tellement de choses !

HEC Paris c’est génial ! Et puis après, il y a toutes les activités qui sont proposées, les rencontres, les intervenants et les opportunités professionnelles.

Comment se passent les cours à HEC ?

Je dirais que contrairement à ce qu’on fait en prépa ou au lycée, déjà les notes et les matières sont moins importantes parce qu’on n’a pas de concours à la fin. 

Et enfin, c’est des matières qui sont très différentes parce que c’est des matières plus appliquées, comme de la comptabilité, du droit, etc. Donc c’est en général moins passionnant que des matières que tu peux avoir dans le secondaire.

Par exemple, j’ai pris pas mal de choses sur des outils, notamment Excel. J’ai appris pas mal de choses en droit aussi et j’ai aussi de très bons cours de marketing. Après, il y a beaucoup de cours électifs qui sont intéressants. J’avais un électif de philosophie par exemple, qui est très sympa avec Etienne Klein.

Globalement, en fait, tu peux un peu sélectionner ce que tu as envie de travailler, c’est-à-dire que, si tu veux faire de la finance, il y a des cours de finance, tu bosses tes cours de finance, tu montres ça ensuite aux recruteurs. Ils vont te dire que c’est génial ! Si tu veux faire du marketing, tu as des cours de marketing, prends ce que tu as envie de prendre dans l’école.

Qu'est-ce qu'on peut faire après HEC Paris ? Et toi, qu'est-ce que tu veux faire après ?

Tu peux faire à peu près tout après HEC Paris. Sauf, bien sûr des disciplines qui demandent des connaissances très précises. En sciences par exemple, ou dans d’autres matières. Mais tu peux faire beaucoup de choses. Moi, je ne sais pas encore ce que j’ai envie de faire. Ce qui m’intéresse vraiment, je me laisse le temps et puis je verrai après.

C’est aussi des rencontres. Quelles équipes tu rencontres, quelles entreprises tu rencontres, quelles sont les opportunités qui se présentent ou que tu vas chercher. Donc, c’est un peu le hasard des choses. Moi, je m’intéresse au marketing en général. Après, je ne sais pas encore si j’ai envie d’être salarié, si j’ai envie d’être entrepreneur. Voilà, c’est des questions que je me pose. Je pense que mon année de césure va m’aider à y voir un peu plus clair.

Qu'est-ce qu'une année de césure ? Et pourquoi as-tu choisi dans faire une ?

L’année de césure, c’est un an de césure dans vos études ou vous avez le choix de faire ce qui vous intéresse. En général, en école de commerce, c’est une césure professionnelle. Donc vous réalisez une expérience professionnelle ou plusieurs. Souvent, c’est deux stages de six mois que vous allez chercher.

Dans mon cas, je ne sais pas encore, mais par exemple, j’ai candidaté à des stages en stratégie ou en marketing pour 6 mois.

À quelques jours des débuts des concours, quels conseils donnerais-tu aux étudiants pour les écrits qui arrivent ?

Pour les concours, entourez vous de votre famille, de vos amis, vous n’êtes pas tout seul à passer les concours. C’est une expérience collective !

Ensuite, ne vous épuisez pas, gardez un bon rythme de sommeil, mangez sainement, etc. Et enfin, ayez confiance en vous et en votre travail que vous avez fait depuis deux ans parce que tous les cours que vous avez appris, vous les connaissez !

Il suffit de revoir un peu ce que vous avez fait. Il faut s’entraîner un peu, à refaire des sujets, faites des analyses. Mais faites vous confiance sur tout ce que vous avez fait ! Parce que vous êtes dans une trajectoire à partir de tout ce que vous avez appris telle que vous n’allez pas pouvoir changer beaucoup plus vos résultats avec le travail marginal sur sur les derniers jours de révisions.

Donc faites vous confiance !

Un dernier mot pour conclure ?

Rêvez ! Rêvez que vous pouvez y arriver. Rêvez des écoles où vous voulez aller. N’ayez pas peur, ne vous mettez pas de limites et foncez travailler.

Croyez en vous !

Vous pourriez aussi aimer