Italien LV2 ELVI 2022 – Analyse du sujet

Découvrez sans plus attendre l’analyse du sujet d’italien LV2 ELVI 2022 tombé au concours BCE et réalisé par les rédacteurs d’italien de Mister Prépa.

POUR VOIR LE SUJET D’ITALIEN LV2 ELVI DU CONCOURS 2022

POUR VOIR TOUS LES SUJETS ET LES ANALYSES DU CONCOURS 2022

 

L’analyse du sujet d’italien LV2 ELVI 2022

Thème :

C’est une sculpture = Si tratta di una scultura

Ici on ne peut pas vraiment traduire par “E’ “ pour reproduire la construction particulière de cette phrase

Spécialisée dans l’art contemporain = specializzata nell’arte contemporanea

Il fallait connaître ici le genre du mot “arte” qui est féminin en italien et bien accorder l’adjectif en conséquence

Intitulée “Ia Sano”, l’oeuvre de l’artiste italien = Intitolata “La Sano”, l’opera dell’artista italiano Salvatore Garau

Pas de piège dans ce segment de phrase : le mot œuvre, en italien opera, est également féminin donc pas de piège. Il fallait tout de même penser à écrire “artista” avec un a final mais si le peintre est un homme.

A cette originalité d’être … invisible = Ha l’originalità di essere invisibile

Ici on essaye de garder la structure singulière de la phrase française tout en la simplifiant car en italien on ne peut pas la traduire par “ha questa originalità di …”

Cela ne l’a pas empêchée de se vendre pour quinze mille euros = Questo non le ha impedito di essere venduta per quindicimila euro

Cette phrase est un peu déroutante avec le sujet (opera) qui est avant le verbe (impedire) et qui nous oblige à utilise le pronom sujet “le”. Cela pouvait être source d’erreurs

Attention aussi à l’orthographe des nombres en italien, tout attaché

Alors que la mise à prix avait été fixée à six mille euros = mentre il prezzo era stato fissato a seimila euro

Ici le risque c’était de vouloir traduire mot à mot “mise à prix”, ça risque de cause un faux sens. On préfèrera simplifier au maximum en cas de doute.

Attention à l’emploi de l’auxiliaire : si on utilise l’auxiliaire avoir en français (avait été), en italien on utilise l’auxiliaire être (era stato)

Même remarque pour l’orthographe des nombres.

L’acquéreur = l’acquirente (on pouvait aussi dire “il compratore” )

Pas évident celui-là !

Qui a préféré rester anonyme = che ha preferito rimanere anonimo

A bien reçu = ha ricevuto

Un certificat d’originalité et de garantie de l’oeuvre = un certificato di garanzia e originalità dell’opera (on ne répète pas l’article “di”)

Bien qu’invisible = Pure sia invisibile

Existe bel et bien = esiste sul serio, esiste veramente

Ce dernier a même donné le mode d’emploi pour l’exposition de cette oeuvre immatérielle = Quest’ultimo ha persino dato le istruzioni (meilleur mot si on ne sait pas traduire mode d’emploi) per l’esposizione di quest’opera (attention à l’apostrophe) immateriale

Elle doit être installée au sein d’une maison privée = Va’ sistemata in una casa privata

Au centre d’une pièce dégagée = al centro di una stanza epurata/aperta

Dans un carré de 150cm*150 = in un quadrato di centocinquanta centimetri per centocinquanta

délimité par du ruban adhésif au sol = delimitato con del nastro adesivo sul pavimento

Et que représente-t-elle ? = e che cosa rappresenta ?

Tout dépend de celui qui la regarde = dipende da chi la guarda (et non pas “di quello chi”)

Cette immatérialité de l’oeuvre a néanmoins provoqué des incompréhensions = comunque questa immaterialità dell’opera ha provocato alcune incomprensioni

Voire des critiques = e persino critiche

 de la part de certains observateurs = da parte di (attention à ne pas écrire “dalla parte di” ) alcuni osservatori

 

Pour conclure, un thème avec des structures assez surprenantes mais il ne fallait pas prendre peur ! Finalement rien de très difficile au niveau du vocabulaire, plutôt des bonnes structures grammaticales à trouver pour garder le sens des phrases intact.

 

Version :

Voici une proposition de traduction pour le texte d’italien

 

Depuis que nous étions petites nous étions inséparables, puis nous avions appris à nous perdre (de vue). Elle était capable de me laisser sans nouvelles d’elle pendant des mois, mais jamais pendant si longtemps. Elle semblait obéir à un instinct nomade, quand un endroit ne lui convenait plus, elle l’abandonnait. Notre mère lui disait parfois : tu es une fille gitane. Une entrée furtive.

 

L’enfant lui dormait dans les bras, les jambes nues et inertes étendues sur le corps maigre d’Adriana. C’était son fils, et je ne savais pas qu’elle lui avait donné naissance. Je n’imaginais pas la révolution qui était sur le point de se déclencher. Si je l’avais anticipée, je les aurais probablement laissés dehors. Adriana croyait être un ange doté d’une épée, mais c’était un ange insouciant (sbadato) qui blessait (feriva) même par erreur.

 

Si elle n’était pas arrivée, qui sait ce qui aurait pu arriver. Notre dernière rencontre s’était conclue en litige, après quelques semaines à l’avoir cherchée sans la trouver. J’étais dans l’attente d’un mouvement de sa part. Aucune de ses connaissances ne l’avait croisé en ville, mais de temps en temps elle envoyait des cartes postales à nos grands-parents. Ils me les montraient quand j’allais chez eux. Votre fille vous embrasse bien fort, suivi de sa signature. Elle savait que je les lirais. Elles étaient pour moi la preuve qu’elle était vivante et proche. Sa démarche nous est parvenue un matin de juin, à trois heures. Je ne sais pas combien de temps j’aurais pu rester immobile et silencieuse, à les regarder.

Vous pourriez aussi aimer