La géopo en films #8 – Le développement durable

Soleil Vert, 1973, Richard Fleischer

Dans ce film sorti il y a maintenant près de 50 ans, c’est un bien sombre avenir qui se dessine pour notre planète. A cause de la croissance démographique exponentielle, New-York est désormais surpeuplée et a épuisé toutes ses ressources sans exception. Plus qu’une solution pour tous ses habitants pour subsister, manger un mystérieux produit, le soleil vert qui se révèle être ni plus ni moins que de la chair humaine au fur et à mesure du film. Si le pronostic original du film qui portait sur la période contemporaine n’est pas encore atteint car trop pessimiste, il pourrait cependant parfaitement se réaliser d’ici quelques décennies si nous continuons d’exercer une pression anthropique sur les ressources de la planète bleue telles que celles que nous connaissons aujourd’hui. Une amorce à méditer dès que l’on parle de développement durable, de croissance démographique exponentielle ou de bien d’autres sujets !

 

Une vérité qui dérange, 2006, Davis Guggenheim

Quand un ancien candidat à la présidentielle américaine ayant de plus occupé de multiples fonctions de premier plan au sein de l’administration des États-Unis décide de s’efforcer d’ouvrir les yeux au monde entier sur l’urgence de l’éveil d’une conscience écologique, près de neuf ans avant la COP 21 de Paris, ça donne ça : un film ayant reçu en 2007 l’oscar du meilleur documentaire) Hollywood. Le message que Al Gore qui a officié pour l’occasion en tant que scénariste tente de faire passer est clair : il y a urgence ! Nous sommes au bord du gouffre quand au phénomène massif de réchauffement climatique qui touche à présent toute la planête. S’il est encore possible de réagir, le temps presse. Il sera bientôt trop tard pour inverser un processus qui s’il perdure aboutira à la destruction complète de l’humanité telle que nous la connaissons ! Quatorze ans plus tard, si certains prémisses sont à signaler, le défi est toujours aussi grand et de plus en plus pressant, rendant l’appel d’Al Gore encore plus nécessaire qu’auparavant ! Un film coup de poing qui a parfaitement sa place dans bon nombre de dissertations de géopolitique donc !

 

Trashed, 2012, Candida Brady

Film resté (à tort) trop confidentiel, cette création de la réalisatrice britannique mettant en scène Jeremy Irons n’en reste pas moins plus que pertinente pour parler des problématiques de développement durable. En effet, il s’attarde sur les emblèmes de la pollution à l’échelle internationale : les déchets. En effet, il ne s’agit ni plus ni moins à travers ce film que d’effectuer un vaste tour du monde des déchets et de la manière dont ils envahissent l’espace partout sur les continents. Plus encore que de se contenter de faire un simple inventaire des différents types de déchets présents sur toutes notre planète, le film s’attache également à montrer leurs effets concrets sur la nature qui nous entoure. Par exemple, on s’y attardera sur la pollution massive subie par les mers et les océans dues aux microparticules, ainsi que sur le septième continent de déchets qui grandit d’année en année dans l’océan pacifique nord. Voici donc un autre film des plus utiles quand-il s’agit de parler de pollution par l’homme de son environnement.

Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Une superbe copie en ESH ESCP, notée 19/20, qui assure bien des admissibilités ! Un exemple à reproduire au concours…