La malédiction de Cham

Le Déluge est, dans l’Ancien Testament, un événement majeur de l’histoire de l’humanité. Ce récit mythique parle d’une inondation divine à l’échelle planétaire, cherchant la destruction de l’humanité. Ce châtiment divin se traduit par une catastrophe naturelle. Les quelques survivants permettent de repenser l’histoire de l’humanité et de passer à une nouvelle période.

Le déluge est lié au mythe de l’Arche de Noé. Ce mythe, connu de tous, est lié à la famille de Noé. Ce dernier, sur l’ordre de Dieu, aurait construit un navire afin de sauver sa famille. C’est cet homme qui reçoit la grâce divine qui permet à sa famille et lui de vivre. La raison est simple : il apparaît comme étant “juste, intègre parmi ses contemporains et il marchait avec Dieu. Autrement dit, il n’avait pas perdu la foi. Dans cette arche, Noé peut amener avec lui un couple de chaque espèce animale pour les sauver du Déluge. Dieu voit en Noé l’homme idéal et lui laisse donc la possibilité de perpétuer sa lignée, qui formera l’humanité après la catastrophe.

Noé, père de famille, aurait été choisi par Dieu car bon et juste. Dans les textes religieux, sa famille est celle qui a repeuplé la terre. Dans cet article, l’objectif sera d’expliquer et d’étudier l’héritage de ce mythe pour l’humanité.

 

Lire plus : Philosophie : que nous apprennent les mythes ?

 

Les trois fils de Noé

Noé a une femme avec qui il a eu trois fils avant le Déluge : Sem, Cham et Japhet. Les cinq sont les seuls survivants de la catastrophe. Ils sont religieusement considérés comme les ancêtres de toute l’humanité. Après avoir conclu une alliance avec Noé, Dieu le bénit ainsi que ses fils et leur dit Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre.

L’histoire des trois fils de Noé est intéressante car elle en dit beaucoup sur notre monde. Ses fils et leur famille respective se sont séparés afin de repeupler la terre, comme l’avait demandé Dieu. Sem est parti vers le Moyen-Orient, Cham vers l’Afrique et Japhet vers l’Europe. Nous voyons que les trois fils ont une importance dans la géographie. À cette époque, on ne comptait que trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Mais aussi, on considérait que Jérusalem, la ville trois fois sainte, était le centre du monde.

 

La malédiction de Canaan

Après le Déluge, Noé a dû devenir fermier et a développé l’agriculture. Il a notamment planté une vigne puis a bu son vin jusqu’à en devenir saoul. Il s’est retrouvé seul et nu dans sa tente, à découvert. Cham, le fils de Noé, a trouvé son père nu et l’a raconté à ses deux autres frères. Ces derniers se sont alors empressés de rhabiller leur père, en détournant les yeux. Contrairement à leur frère, ils n’ont pas vu la nudité et l’ivresse de leur père.

Après avoir décuvé, Noé réalise ce qu’il s’était passé. En comprenant que Cham n’a pas respecté son intimité et qu’il l’a raconté à ses autres frères, il prend la décision de maudire son fils. Ne pouvant pas maudire son propre fils car béni par Dieu, Noé choisit de maudire Canaan, le fils de Cham, ainsi que toute sa descendance. Canaan est condamné à être l’esclave des esclaves de ses frères”, c’est-à-dire la descendance de Sem et Japhet.

La malédiction de Cham, aussi appelée la malédiction de Canaan, montre que les trois fils n’ont pas eu la même histoire. L’un des trois a vu sa descendance maudite. Mais surtout, cette malédiction se base sur une hiérarchie entre les fils.

 

Analyses du mythe

Les histoires de trois fils de Noé ont une grande importance dans les cultures et les langages proches des religions monothéistes. Par exemple, le prénom de Sem donnera par la suite les termes de “sémites” et “antisémites”.

Aujourd’hui, on affirme de plus en plus que le mythe de Canaan a permis aux Arabes puis aux Européens de justifier l’esclavage sur le continent africain. La descendance de Cham est celle qui a peuplé l’Afrique. Or, elle était condamnée à être inférieure et esclave des enfants de Sem et Japhet, autrement dit des peuples d’Orient et d’Occident. Dès lors, différentes interprétations de ce texte religieux permettent de justifier la servitude de certains peuples. Ces interprétations se sont amplifiées au XVIIe siècle lorsque Canaan est retiré des textes religieux. Cette disparition a permis par la suite d’expliquer la traite des esclaves africains.

Cette histoire a fait vivre la misère aux populations africaines subissant de nombreux stéréotypes venant de la religion. La littérature réutilise la figure de Canaan ainsi que sa malédiction causée par une faute paternelle. Arthur Rimbaud écrivait même dans son recueil de poèmes Une Saison En Enfer : “Le plus malin est de quitter ce continent, où la folie rôde pour pourvoir d’otages ces misérables. J’entre au vrai royaume des enfants de Cham”.

 

Lire plus : Philosophie, monde et religion : quelques thèses à connaître

Alban Dantin

Actuellement en master à Sciences Po Bordeaux, j'ai d'abord fait deux ans de classe prépa littéraire A/L à Saint-Sernin (Toulouse).

Vous pourriez aussi aimer