1 200 étudiants d’emlyon répondent ouvertement à Challenges

1 200 étudiants d’emlyon répondent ouvertement à Challenges

À la suite d’un récent article de Challenges, les étudiants d’emlyon business school se sont mobilisés pour apporter des réponses concrètes et éclaircir les quelques zones d’ombres qui planaient sur l’école lyonnaise depuis plusieurs mois. 

L’un d’entre eux à l’initiative du projet nous explique ses motivations : “Depuis plusieurs mois, nous subissons un véritable acharnement médiatique de la part de Challenges, ce qui peut leurrer de nombreux préparationnaires. Nous nous devions donc de rétablir la vérité, et ce, de manière totalement objective et factuelle.”

Place à présent à la lettre ouverte ! 

 

Lettre ouverte des étudiants d’emlyon business school

Depuis plusieurs mois, notre école, emlyon business school, est la cible d’attaques répétées et injustifiées de la part du magazine Challenges, par la publication d’articles dont la partialité et la malhonnêteté intellectuelle remettent en cause les valeurs de pluralisme et d’indépendance pourtant défendues par cet hebdomadaire. En l’espace de seulement 10 mois, ce sont en effet pas moins de 4 articles à charge contre emlyon qui ont été publiés. Nous, étudiants du Programme Grande École d’emlyon signataires de cette lettre ouverte, avons donc décidé de ne plus rester silencieux face à ces propos insidieux pour rétablir la vérité sur un certain nombre de faits évoqués dans ces articles au parti pris certain.

Non, le MSc in Management d’emlyon n’est absolument pas menacé ! La décision de la CEFDG de renouveler le grade de master à 3 ans résulte d’une évolution de sa gouvernance et de la transformation juridique d’ampleur qu’a connu emlyon afin d’appréhender les enjeux futurs du paysage éducatif français. ll n’y a aucun “message clair” envoyé de la part de la CEFDG tel que vous l’évoquez puisqu’elle n’a même pas encore rendu son rapport ! Il y a eu de nombreux changements à emlyon, il est donc normal et tout à fait logique d’avoir une surveillance plus rapprochée. Ceci ne fait que valoriser le processus de délivrance du grade de master. Cette décision ne remet donc nullement en question la valeur de nos diplômes ou encore l’excellence de notre école. Tant sur le plan de l’employabilité (2ème Grande École de commerce française au dernier classement du Times Higher Education dans cette catégorie) que sur le plan de l’excellence académique (2ème Grande École de commerce française au dernier Classement de Shanghai), emlyon business school est loin d’être un “bateau ivre” tel que vous l’affirmez. À noter également que dans son dernier article, Challenges omet de parler du fait que nous avons vécu cette année le processus de renouvellement de nos trois accréditations internationales au cours duquel notre excellence pédagogique, la pertinence de notre nouveau modèle, la vision et l’originalité de notre positionnement ont été vivement salués par des experts internationaux.

Non, emlyon n’a pas été “décapitée”. Comme dans toute organisation, une évolution de stratégie s’accompagne également souvent d’une évolution de sa gouvernance. Aujourd’hui, nous, étudiants, sommes fiers d’accueillir pour la rentrée prochaine Madame Sylvie Jean à la direction du Programme Grande École qui travaillera étroitement avec Monsieur Lionel Sitz en tant que directeur adjoint du Programme Grande École 1ère année, un homme profondément apprécié par les étudiants pour son sens de l’écoute et pour les changements pédagogiques qu’il a mis en place ces derniers mois à emlyon. Après un processus long et rigoureux de sélection, c’est également un honneur pour nous d’accueillir notre nouvelle directrice du directoire à la rentrée : Madame Isabelle Huault, alumni emlyon 1990, chevalier de la Légion d’honneur et jusqu’alors Présidente de l’Université Paris-Dauphine où elle a brigué un mandat brillant à la tête de cette institution.

Non, l’arrivée d’un fonds d’investissement n’est pas un “grand fiasco”. En ouvrant le capital à BPI France et à Qualium (qui, lui-même dépend de la Caisse des Dépôts, donc d’une institution financière publique française), emlyon a ouvert son capital à l’État actionnaire, et non à des fonds vautours ayant pour seul objectif le profit. Vous ne mentionnez pas non plus l’ouverture prochaine du capital aux alumni et au personnel de l’école. Surtout, la transformation du modèle d’emlyon — au-delà d’être l’une des solutions possibles face à la baisse des subventions des chambres de commerce qui met l’ensemble des business schools dans une situation extrêmement délicate — donne une capacité d’investissement que peu d’écoles ont à ce jour. Cela permet à emlyon de poursuivre sa stratégie de globalisation en se développant à la fois en France et à l’international, de recruter 50 nouveaux professeurs, d’investir pour accélérer son développement stratégique ou encore d’investir dans le nouveau campus de Gerland.

Non, la “forte augmentation” des frais de scolarité que vous évoquez n’est absolument pas propre à emlyon tel que l’on pourrait le croire. Comme toutes les écoles de commerce de France, emlyon fait face à un désengagement financier de l’État qui a conduit à une augmentation progressive des frais de scolarité. Pourtant, ce que vous omettez (involontairement?) dans vos articles est, qu’aujourd’hui, emlyon est l’école la moins chère du TOP 5!

Non, le nombre d’AST n’est absolument pas démesuré pour une école de ce rang tel que vous le suggérez. À titre de comparaison, des écoles comme l’EDHEC ont, au sein de leur Programme Grande École, 650 étudiants qui ne sont pas issus de classes préparatoires économiques. emlyon en a 695, soit tout juste 45 personnes de plus.

Non, l’attribution des cours ne se fait pas au “shotgun” tel que vous le rapportez. La direction du Programme Grande École a développé en 2018 une plateforme et un algorithme permettant d’ajuster l’offre de cours à la demande des étudiants. Grâce à cela, emlyon est aujourd’hui en mesure de proposer un parcours 100% à la carte à ses étudiants en cycle master avec une offre de cours très riche et diversifiée (plus de 210 électifs!). Cette extrême flexibilité de la construction des parcours et la personnalisation selon les aspirations de chacun constituent une force indéniable de notre Programme Grande École.

Non, les cours ne sont pas un “fiasco”. La dernière enquête interne de satisfaction menée par le Conseil de Corporation de l’école (association en charge d’assurer l’harmonie de la vie associative et qui veille aux droits de la communauté étudiante) montre que plus de 90% des étudiants sont satisfaits de leurs cours. La direction est constamment à notre écoute via des questionnaires envoyés systématiquement aux étudiants, ouverte à la critique et adapte son offre de cours en fonction des retours que nous lui faisons. Les étudiants relèvent également la richesse de l’offre des parcours de spécialisation (droit, intelligence artificielle, conseil et stratégie, open innovation, étude et recherche en management, industrie du sport, startup, immersion entrepreneuriale à l’international, data science, informatique … ) et de séminaires (stage militaire à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, stage militaire dans l’Armée de l’air, intelligence économique avec l’Armée de l’air, géostratégie et grands enjeux de défense et de sécurité nationale …) auxquels ils ont accès en plus des 210 cours électifs.

Non, “l’omerta” ne prévaut pas chez les étudiants. Au contraire, nous avons eu l’occasion d’exprimer à maintes reprises nos pistes d’amélioration concernant certains aspects du programme lors des multiples rencontres que nous avons avec les équipes dirigeantes. À chaque fois, la direction du Programme Grande École a été à notre écoute et a répondu à nos attentes. Fait suffisamment rare pour être souligné : à emlyon, des groupes de réflexion d’étudiants travaillent main dans la main avec la direction pour co-construire un certain nombre de projets stratégiques pour répondre au mieux aux attentes des étudiants (structuration des cours de première année et du parcours à la carte, amélioration des plateformes digitales de travail, aménagement du futur campus de Gerland …).

Non, “rien ne s’est passé comme prévu” est une affirmation fausse, le plan stratégique 2018–2023 suit son cours : ouverture d’un campus en Inde (en plus de ceux à Casablanca, Shanghai, Paris et Saint-Étienne), nouveau campus ultra-moderne au cœur de Lyon en 2022, intelligence artificielle et programmation qui font partie intégrante de la formation de tous les étudiants … Quant à l’employabilité, mission de premier plan que se donne notre école dans ce plan stratégique, emlyon fait toujours partie des très rares Grandes Écoles à pouvoir ouvrir à ses diplômés les portes de toutes les entreprises en France comme à l’international.

Enfin, non, la colère ne monte pas chez les étudiants tel que vous le décrivez. Bien au contraire, nous sommes fiers d’être étudiants à emlyon et ne supportons plus que des articles mensongers jettent régulièrement un discrédit sur notre école.

Publier votre dernier article le jour même de l’ouverture de la plateforme SIGEM, avant même la publication dans le bulletin officiel de la CEFDG, tout en prenant soin de recycler des passages entiers de vos anciens articles trompeurs parus plus tôt dans l’année, présenter des informations volontairement à charge avec parfois, au cœur de vos articles des tribunes offertes aux écoles concurrentes sont autant d’éléments qui nous poussent à dénoncer cet acharnement.

Chère rédaction de Challenges, vous qui semblez si bien connaître notre école, nous vous invitons à venir nous rencontrer ou à discuter avec nous pour avoir un avis un peu plus éclairé sur les réalités de notre vie à emlyon ou même seulement à faire un petit tour sur le site que nous, étudiants, avons conçu pour parler de toutes les belles opportunités permises par notre école : https://admissible.em-lyon.com/

Les élèves de classes préparatoires ont passé les concours dans des conditions compliquées, et à l’heure où ils doivent désormais faire leurs choix, ils méritent mieux que ce genre d’articles. Notre école n’est pas au-dessus des règles, mais n’est pas non plus en dessous. Fiers de notre école, nous ne laisserons pas certains journalistes l’attaquer si injustement.

Lettre ouverte co-rédigée et signée par plus de 1200 étudiantes et étudiants du Programme Grande École d’emlyon.

Vous pourriez aussi aimer :
L'accompagnement personnalisé mis en place par Audencia est extrêmement apprécié par ses étudiants d'autant plus en cette période de crise…