L’UE, risque-t-elle de devenir une périphérie du monde ?

            L’UE est une ZIR (Zone d’Intégration Régionale), selon Bela Balassa au stade le plus avancé de l’intégration régionale. Elle compte 27 pays, et 447 M d’habitants. Un risque est la combinaison d’un aléa et d’une vulnérabilité. Or, l‘UE apparaît vulnérable à la fois du fait de ses divisions internes, mais également du fait de la crise de 2008, de 2015 ainsi qu’en 2022. Une périphérie est un espace qui est dominé, influencé par un centre.

 

            En 2013, le groupe Cosco (Chine) prend le contrôle du Port du Pirée en Grèce. En 2017, des capitaux chinois prennent une participation importante dans l’aéroport de Toulouse, d’où le sentiment que l’Empire du Milieu est en train de mettre la main sur des actifs européens. Au début du 20e siècle, le monde était européen (l’Europe représentait alors 25 % de la population mondiale.) Un siècle plus tard, les premières puissances sont USA et Chine, et l’UE ne représente plus que 7% de la population mondiale.

 

            Les IDE peuvent être perçus comme un risque de prise de contrôle par une puissance extérieure d’une partie de l’économie européenne, mais ils peuvent être la preuve du caractère incontournable du marché européen dont l’attractivité explique les IDE de Chine et d’ailleurs.            

           

            L’UE, devient-elle un espace dominé, ou garde-t-elle une réelle souveraineté ?

 

Lire plus : Les enjeux de l’intégration de l’UE dans la mondialisation.

 

I/ L’UE apparaît comme un centre affaibli de l’espace mondial

  • Le déclin relatif du poids de l’UE est conjugué à l’absence de réelle capacité géopolitique.

L’UE à ambition géopolitique se heurte à un certain nombre de défis. Elle connaît des limites en termes de moyens, notamment avec le départ du RU finançant 21,5% du Service Européen d’Action Extérieure. On a également un manque de complexe militaro-industriel à l’échelle européenne…

 

  • L’UE apparaît de plus en plus dépendante sur le plan économique.

La dépendance énergétique, financière (dettes publiques des Etats) et croissance faible de l’espace européen obligent les entreprises à aller chercher des marchés ailleurs pour se développer.

 

Lire plus : Les conséquences terribles de la guerre en Ukraine pour l’Europe.

 

  • Dans l’UE, des territoires et des catégories sociales sont plus vulnérables que d’autres.

La dorsale européenne, s’étendant du bassin de Londres à la plaine du Pô en Italie, est un centre de la mondialisation. Mais à l’inverse, des pays comme la Grèce, des régions comme le Mezzogiorno en Italie, ou des quartiers délaissés, sont plus vulnérables face au risque de devenir des périphéries.

 

II/Une UE dominée dans des domaines stratégiques

  • L’UE n’a pas été le foyer initiateur de la 3ème Révolution Industrielle.

Le foyer de cette RI est en effet la Silicon Valley. Le résultat est que l’Europe est dominée par les GAFAM contre lesquels elle essaie tant bien que mal de défendre ses intérêts (Apple 2016, Google 2017).

 

  • Elle est dépendante au niveau des moyens pour assurer sa souveraineté.

L’armée européenne est embryonnaire, et face aux menaces russes l’UE est tributaire de l’OTAN financé largement par les USA. L’UE était donc vulnérable face à la menace de Donald Trump de retrait de l’OTAN si les pays européens ne fournissent pas un effort de participation à l’OTAN. L’Europe reçoit donc des injonctions.

 

  • L’UE est victime de ses propres divisions, n’offre pas un front uni au reste du monde.

Selon le principe du diviser pour mieux régner, les pays européens sont vulnérables. Trop d’éléments divisent l’UE (crise des migrants, guerre en Syrie, ambition géopolitique de l’Europe, Russie…).

 

III/La situation de périphérie est certes un risque mais pas encore une réalité

 

  • L’UE est néanmoins capable d’exercer une influence.

L’UE entretient ses relations avec les PSEM (Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée), et donc son influence dans cette région. C’est le sens de la volonté de création d’une aire de co-développement avec les PSEM (échec de l’Union Méditerranéenne de Sarkozy en 2007, réussite éphémère de l’UPM en 2008). Elle se pose comme une UE qui tend la main, aux pays en développement et à ses périphéries. L’UE exerce également son influence à l’OMC où elle peut pour une fois parler d’une seule voix.

           

 

  • La puissance économique de l’UE est réelle.

Mais cette puissance économique est avant tout le fait de l’Allemagne, pays qui est finalement le vrai centre économique du continent européen. L’industrie de France vaut 40% de celle de l’Allemagne. En effet, ce pays a su mettre en valeur sa propre périphérie via une DIPP avec l’Europe de l’Est.

           

 

Conclusion

L’UE n’a pas renoncé à être un modèle pour le reste du monde. Et cela, même si elle se heurte à l’insuffisance de sa force pour imposer des normes (Zaki Laïdi). L’Europe veut se montrer consciente des risques pesant sur notre planète (elle est la seule à défendre des objectifs chiffrés à la Conférence de Copenhague en 2009). Elle veut se montrer un modèle de paix

Vous pourriez aussi aimer