Le conflit du Sahara occidental et le rôle de l’Espagne

Le Sahara occidental est un État contesté, situé au nord-ouest de l’Afrique. Il est immergé dans un conflit depuis les années 1960. Celui-ci a pour objectif de définir son statut. Entre intérêts de pouvoir et une population qui exprime son mécontentement, la situation n’est pas stable.

Dans cet article, nous te proposons de revenir sur l’histoire de ce conflit et du rôle que joue l’Espagne aujourd’hui.

 

Un mouvement contraire au temps de la décolonisation

L’Afrique amorce, au début des années 1950 et 1960, un processus de décolonisation. Plus de 17 pays obtiennent leur indépendance tels que les pays du Maghreb et le Cameroun. En parallèle à ce mouvement, un pays recule : le Sahara occidental. En 1961 l’Espagne colonise le territoire.

 Sa colonisation s’arrête quelques années plus tard lorsque l’ONU, s’opposant à l’Espagne, décide que le Sahara occidental doit suivre le même chemin que les autres pays. Avant de partir, l’Espagne propose d’organiser un référendum pour l’indépendance. Le conflit commence lorsque l’Espagne décide de partir avant la fin, laissant la population sans indépendance et statut. La Mauritanie et le Maroc, décident à leur tour de le coloniser pour satisfaire leurs intérêts : le roi Marocains Hasan II, qui souffrait d’une forte pression au sein de son pays, voyait dans cette colonisation un moyen de renforcer ses positions et son influence.

 

Une colonisation en plusieurs étapes

C’est le 6 novembre 1975 que tout s’accélère Le Maroc organise « la Marcha Verde ». C’est une marche qui implique plus de 350 000 Marocains. Elle a eu pour but de traverser la frontière pour se rendre sur le territoire du Sahara Occidental et de faire en sorte que l’Espagne leur cède. Seulement huit jours plus tard, l’Espagne a légué le pays au Maroc et à la Mauritanie avec les accords Tripartido.

 

L’importance Front Polisario et de son combat

Le front Polisario regroupe les personnes faisant partie du mouvement politique indépendantiste du Sahara occidental. Il s’est à la fois opposé à la colonisation espagnole mais aussi à celle du Maroc et de la Mauritanie. Il proclama le Sahara occidental comme une République et non comme appartenant à ces deux pays. À partir de ce moment, des conflits armés ont commencé. La Mauritanie s’est retirée en 1979, tandis que ces conflits ont cessé en 1991 avec la demande des Nation Unions.

Ces derniers ont décidé d’organiser une bonne fois pour toute un référendum soit pour l’indépendance, soit pour l’intégration du Sahara occidental au sein du Maroc. Le référendum est soutenu par le Front Polisario, mais n’a jamais lieu en 30 ans.

 

L’avis du Maroc et de la communauté internationale face à ce statut

 En 2004, le Maroc a déclaré qu’il était contre ce référendum. Il proposa alors que ce pays soit autonome mais, au sein du Maroc.

La communauté internationale, quant à elle, est divisée entre ceux qui sont pour le référendum, ceux qui sont pour l’autonomie au sein du Maroc qui sont la France et l’Allemagne et ceux qui sont pour la République Arabe du Sahara occidental démocratique. L’ONU considère que le Sahara occidental n’est pas un territoire autonome car il ne dispose pas d’une puissance administrative qui le gouverne.

 

L’Espagne : un choix stratégique pour renouer avec le Maroc

L’Espagne soutenait aussi l’idée du référendum pour qu’enfin il puisse avoir un statut. Mais c’est en 2022 que le président Pedro Sanchez a changé de posture et se rangea du côté du Maroc pour l’autonomie. Il fit cela afin de calmer les tensions entre son pays et le Maroc. En effet, dans ce contexte de forte migration l’Espagne devait renforcer son alliance avec le Maroc car ils avaient accueilli le chef du Front Polisario dans un hôpital espagnol, ce qui avait eu pour conséquence le relâchement des contrôles des frontières entre les deux pays. Le but cherché par le Président en se ralliant au Maroc était de renforcer le control des frontières.

Par la suite, le Président a reçu de nombreuses critiques à la fois dans son pays pour avoir rompu la position de neutralité que doit avoir le gouvernement face à un conflit extérieur. Mais aussi des critiques venant du Front Polisario qui a suspendu tous ses contacts avec le pays.

Aujourd’hui le Sahara occidental dispose de l’aide de l’Algérie, pays qui critique les agissements de l’Espagne et du Maroc.

En savoir plus ici sur le conflit entre le Maroc et l’Algérie qui implique le Sahara occidental.

 

Ce qu’il faut retenir

Le Sahara occidental n’a toujours pas de statut et continue de lutter pour un référendum. Tandis que de son côté, le Maroc tente de rallier à sa cause de nombreux pays. La population est donc séparée entre deux mouvements, mais elle se sent aujourd’hui trahie par l’Espagne, ancien colonisateur.

 

Vous pourriez aussi aimer