Culture Générale ECRICOME 2022 – Analyse du Sujet 2

Découvre sans plus attendre l’analyse du sujet 2 de Culture Générale ECRICOME 2022 ! Les candidats ont cette année eu le choix entre deux sujets : un étant en lien direct avec le thème de l’année 2022, à savoir « aimer » et le second sur un sujet plus libre. 

 

POUR VOIR LES SUJETS DE CULTURE GÉNÉRALE ECRICOME 2022

POUR VOIR TOUS LES CONSEILS, SUJETS ET LES ANALYSES DU CONCOURS ECRICOME 2022

 

L’analyse du sujet 2 de Culture Générale ECRICOME 2022

 

I. Analyse générale

 

Il s’agissait du sujet hors thème de cette année. Choisir ce sujet est toujours risqué et ce pour 2 raisons principales. Dans un premier temps, vous n’avez pas travaillé en profondeur les notions nécessaires pour déployer une réflexion construite et riche sur le sujet. Ici, le sujet était complexe et nécessitait de véritables connaissances conceptuelles sur les notions de «temps ». Ainsi, les notes sont souvent plus basses. Ensuite, si vous aviez des ambitions pour les écoles de la BCE, il est dommage de rater une occasion de s’entrainer en condition. Cette première épreuve peut être un moyen d’effectuer vos derniers ajustements avant la BCE !

 

 

II. Les grands enjeux du sujet – Le mot par mot

 

  • « Qu’est-ce que » : Dans cette formulation, l’obligation de définir est explicite. A la question de qu’est ce que, il faut répondre « C’est ça ». En cela, en réponse à cette question, il faut pouvoir établir une définition.

 

  • Perdre son temps: Peut être défini comme le fait de mener des activités qui n’aboutissent à rien d’intéressant. Dans cette expression plusieurs questions sont alors posées :

Perdre :

  • La perte suppose-t-elle la disparition ?
  • La perte peut-elle être volontaire? Est-ce toujours un accident ?
  • Peut-on perdre autre chose qu’un objet réel ? Qu’une personne réelle ?
  • La perte de temps est-elle une privation?
  • La perte est-elle toujours irréversible ?
  • Est-il possible de « retrouver son temps »?
  • Le gain de temps est-il toujours et en toute situation positif ?
  • Perdre du temps n’est-ce pas un moyen de lutter contre ces grands principes d’efficacité et de performance qui régissent notre société ?
  • Ainsi, perdre son temps est-ce toujours et absolument une chose négative?
  •  

Son :

  • Mon temps m’appartient-t-il?
  • Le temps est-il mon temps ?
  • N’est-ce pas un élément extérieur à moi, que je ne peux maitriser ?
  • En cela, perdre son temps, est-ce perdre une partie de moi?
  • Ma relation au temps définit-elle qui je suis ?
  • Peut-elle influencer ma personnalité, ma façon de voir la vie ?
  • Sommes-nous finalement maîtres de notre temps?
  • Qui/Quoi peut nous pousser à ne plus en avoir le contrôle ?

 

Temps :

  • Le temps est-il toujours une ressource précieuse?
  • Peut-on apprendre à ne pas perdre son temps ? A l’exploiter de la bonne manière ?
  • Peut-on vouloir perdre son temps?
  • Le temps est-il définissable ?
  • Définir ce qu’est que « perdre son temps », n’est-ce pas d’abord et avant tout établir une définition subjectivequi ne saurait être une définition globale ?

 

 

Une des difficultés du sujet serait à priori de n’avoir pas grand-chose à dire. En effet, le sujet demande une définition, chose que l’on pourrait faire en quatre lignes. Cependant, pour établir une vraie réflexion, ce n’est pas une simple définition qu’il faut établir : il faut conceptualiser cette définition, y introduire des subtilités, des élargissements.

 

 

III. Proposition d’un plan

 

I. Perdre son temps : une trappe vers le non être

A) Le danger de l’irréversibilité de la perte du temps

B) Ma relation au temps définit ma relation à l’autre et donc qui je suis

C) L’engagement de ma responsabilité dans mon usage du temps

 

II. Perdre son temps : un concept subjectif ?

A) Ma relation subjective au temps

B) Le temps, un concept qui ne m’appartient pas

C) Le temps : une dimension inconnue

 

 

III. Peut-on vouloir perdre son temps ?

A) La perte de temps comme gain de temps

B) La perte de temps ou la reconnaissance de la contingence dans l’existence humaine

C) La perte de temps : un moyen de lutter contre les impératifs de performance et d’efficacité

Elise Soulier

Etudiante à GEM, j'essayerais de vous donner plein de "techniques et astuces" mais aussi des fiches prêtes à l'emploi.

Vous pourriez aussi aimer