La Déglobalisation Guerrière : quand les capitaux deviennent des armes géopolitiques

Dans le monde complexe de l’économie mondiale, une notion intrigante émerge des travaux de l’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran : la « déglobalisation guerrière ». Ce concept souligne comment les capitaux, au lieu d’être de simples instruments d’échange, peuvent être utilisés comme des armes géopolitiques puissantes.

 

Vulnérabilité des économies dépendantes, levier de pression, conflits, instrument de coercition… Pourquoi les capitaux sont-ils une arme et comment sont-ils utilisés ?

La déglobalisation guerrière est un concept qui met en lumière comment les États peuvent détourner les flux de capitaux internationaux afin de poursuivre des objectifs géopolitiques. Plutôt que de simplement échanger des biens et des services, les capitaux deviennent un instrument pour exercer des pressions économiques sur d’autres nations. Cette approche va au-delà des sanctions économiques traditionnelles en manipulant activement les investissements et les flux financiers.

Les capitaux, sous forme d’investissements directs, de portefeuille ou de financements commerciaux, sont une source de puissance économique. Ils peuvent stimuler la croissance économique, créer des emplois et soutenir le développement. En conséquence, les pays qui ont un accès stable aux capitaux internationaux bénéficient d’un avantage économique significatif. Les pays qui dépendent fortement des capitaux étrangers pour financer leur développement ou maintenir leur stabilité économique sont vulnérables aux pressions extérieures. Lorsqu’une nation devient dépendante des investissements étrangers, du financement des marchés internationaux ou des flux de capitaux, elle devient susceptible de subir des pressions financières de la part d’autres acteurs internationaux.

Les États ou les entités ayant un pouvoir économique significatif peuvent utiliser les capitaux comme un levier de pression géopolitique. Ils peuvent menacer de retirer leurs investissements, de cesser de financer une économie ou de refuser des prêts en réponse à des actions politiques ou des conflits géopolitiques. Ce levier peut être particulièrement puissant lorsque les économies cibles sont fortement dépendantes des capitaux étrangers. Lorsque des conflits éclatent entre deux pays ou que des tensions géopolitiques s’intensifient, les flux de capitaux peuvent être affectés. Les investisseurs étrangers peuvent retirer leurs fonds pour éviter les risques économiques liés à l’instabilité politique, ce qui peut affaiblir davantage l’économie du pays ciblé.

Les capitaux peuvent être utilisés comme un instrument de coercition pour contraindre un pays à prendre certaines mesures politiques ou à modifier sa politique étrangère. En menaçant de retirer des investissements ou de couper les financements, un État puissant peut exercer une pression considérable sur un pays cible pour qu’il se conforme à ses exigences.

 

Le conflit gazier Russo-Ukrainien, exemple précis d’une déglobalisation guerrière

Un exemple frappant de déglobalisation guerrière peut être observé dans le conflit gazier entre la Russie et l’Ukraine. Pendant des années, la Russie a fourni du gaz naturel à l’Ukraine et à l’Europe via un réseau de pipelines. Cependant, en 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie, les relations se sont détériorées. La Russie a alors utilisé son contrôle sur les fournitures de gaz pour exercer des pressions sur l’Ukraine.

En 2014, environ 40% des importations de gaz naturel de l’Union européenne provenaient de la Russie, et une grande partie de ce gaz passait par l’Ukraine. La Russie a brusquement interrompu ces livraisons, provoquant des pénuries et des perturbations dans plusieurs pays européens. Cette interruption a eu un impact significatif sur l’approvisionnement énergétique de l’Europe, montrant ainsi comment les capitaux peuvent être utilisés comme une arme géopolitique.

« Le gaz est notre arme la plus puissante », cette déclaration du président russe Vladimir Poutine résume parfaitement la thèse de la déglobalisation guerrière. Elle montre comment les ressources énergétiques, en particulier le gaz naturel, peuvent être utilisées comme un outil puissant pour exercer des pressions géopolitiques. En coupant les approvisionnements de gaz, la Russie a montré sa capacité à utiliser les capitaux comme une arme pour atteindre ses objectifs politiques.

Le concept de déglobalisation guerrière de jézabel couppey-soubeyran nous rappelle que l’économie et la géopolitique sont étroitement liées. Les capitaux ne sont pas seulement des outils de commerce, mais aussi des instruments de pouvoir.

Sujets en lien

ESSEC 2018 : La mondialisation est-elle irréversible ?

Ecricome 2015 : La globalisation financière a-t-elle amélioré l’allocation du capital depuis les années 1980 ?

Vous pourriez aussi aimer