Entre l’INSEEC U. et San Francisco : 3 questions à Amin Jallouli

De l'INSEEC à San Francisco
Rencontre avec Amin JALLOULI

De background ingénieur, Amin JALLOULI intègre en 2013 l’ECE Paris (Groupe INSEEC U.) qui, à l’instar de sa consœur INSEEC School of Business and Economics, lui a permis de s’envoler quelques mois sur le campus californien de l’INSEEC U. à San Francisco, en plein coeur de la Bay Area. Une expérience pour le moins significative, puisqu’au final, il n’est jamais revenu !  Retour en quelques lignes sur ce parcours qui devrait en inspirer plus d’un !

  
1. Deux mots sur le programme start-up factory ? L’objectif de cette expérience est vraiment de venir avec un projet de start-up en tête, collaborer avec des étudiants de l’INSEEC, et vers la fin des deux mois, soit faire un proof of concept, soit un prototype, afin d’intégrer potentiellement l’incubateur de l’ECE Paris ou de l’INSEEC SBE et fonder sa startup. On nous apprend les concepts de Design Thinking, Lean Startup, SEO, Branding, et surtout grand networking. On nous encourage à sortir et découvrir les meetup et le monde de la Tech de la Silicon Valley. On passe beaucoup de temps à visiter aussi des incubateurs, des campus universitaires et tout ce qui peut toucher au monde de l’entrepreneuriat grâce au réseau du personnel pédagogique du campus Californien (nos professeurs sont pour la majorité enseignants dans d’autres universités américaines). Supers expériences qui m’ont ouvert beaucoup de portes et m’ont fait découvrir un métier que je connaissais pas, le Product Management.
2. Qu’est-ce que cette période d’immersion à San Francisco t’a apporté ?  Un grand réseau et une solide base de connaissances qui m’ont permis d’avoir un stage en tant que Product manager dans une start-up de la Valley. Le fait de connaitre le Mindset d’ici (très axé autour de l’idée de tenter, de partager ses idées ouvertement et de s’entourer sans cesse de la créativité des autres), est un superbe avantage, quelle que soit notre poursuite professionnelle. On peut aussi considérer la Startup Factory comme un programe d’accélération pour les idéations de Startup, very very very early stage. J’ai eu la chance d’avoir non seulement la casquette d’entrepreneur, mais aussi de travailler dans San Francisco. En tant qu’ingénieur en systèmes embarqués ( conception d’ordinateurs pour des avions, des voitures, des équipements transportables, pour surveiller, contrôler et communiquer), c’est un rêve.
3. Et aujourd’hui, où en es-tu ?
Aujourd’hui après mon Stage, je suis en VIA chez Business France San Francisco en tant que Chargé de développement dans le département Tech & service. Il n’y a aucun doute que la startup Factory m’a propulsé. Une fois sur place il faut profiter de cette chance. Je conseille ce programme à toute personne qui a une envie d’entreprendre, de voir le monde du travail sous un autre angle, avec des méthodologies et des mentalités différentes.  Ce fût ma première réelle expérience d’immersion américaine et j’en ai tiré beaucoup.
ZOOM SUR START-UP FACTORY
Start-up Factory est un programme de 9 semaines mélangeant les étudiants des écoles du groupe INSEEC U. (INSEEC School of Business and Economics, ECE Paris, Sup de Pub) localisés sur le campus californien de l’INSEEC à San Francisco. Ce programme est tourné vers l’entrepreneuriat et mixe des cours de Lean Startup, Design Thinking, SEO etc. à des ateliers et sorties concrètes dans la Bay Area (visites d’entreprises, events networkings…). L’objectif est de faire bénéficier aux étudiants de toute l’effervescence californienne en matière de start-up pour faire émerger des idées, des projets ou tout au moins un état d’esprit bien précis (se lancer, savoir s’entourer, travailler dur). Pour plus d’informations : https://www.inseec-bs.com/actu-ecole-commerce/interview-de-ron-morris-directeur-campus-inseec-san-francisco/

Pour plus de conseils au quotidien, retrouvez-nous sur Snapchat : mister_prepa

Benjamin Hautin

Etudiant à emlyon et fondateur du média, je m'occupe principalement des relations avec les Grandes Ecoles et du contenu en culture générale. Mon mot d'ordre : que chacun d'entre vous puisse viser les écoles de ses rêves, peu importe son lycée d'origine !

Vous pourriez aussi aimer :
Rencontre avec Igor Hervier et Samuel Chekroun, tous deux passés par HEC Paris et un parcours en finance, aujourd'hui... entrepreneurs…