Les États-Unis au XXème siècle, la montée en puissance (1/3)

Comparés à d’autres puissances actuelles, les États-Unis sont une jeune nation. C’est suite à la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique en 1776 que le pays est né. Ancienne colonie britannique, les États-Unis entament la conquête de l’Ouest au 19ème siècle. Possédant un territoire vaste et riche, les États-Unis parviennent rapidement à monter en puissance, d’abord de manière économique puis en géopolitique au cours du XXème siècle.

 

Un territoire riche en ressources pour une montée en puissance industrielle rapide

A la fin du 19ème siècle, les États-Unis disposent d’un territoire vaste et riche en matières premières. Les États-Unis s’industrialisent rapidement ce qui permet une croissance rapide. En effet, entre 1860 et 1890, la production industrielle est multipliée par 11.

La croissance industrielle rapide est permise par une abondace de main d’œuvre. En effet, encouragés par le rêve américain, 14 millions d’immigrants arrivent aux États-Unis entre 1860 et 1900.

De plus, l’importance du développement des chemins de fer est une aide à l’industrialisation des États-Unis. Cela permet un acheminement plus rapide des différentes ressources jusqu’aux sites de production. En 1900, 200 000 milles de lignes de chemin de fer couvrent le territoire américain dont cinq lignes transcontinentales.

Le système des concentrations encourage également l’essor économique des États-Unis. Cela permet aux entreprises de réaliser des économies d’échelle mais aussi de contrôler le marché. Le cas de concentration le plus connu est l’entreprise Rockefeller.

Ainsi, les États-Unis ont connu une croissance telle qu’ils deviennent les premiers producteurs mondiaux de charbon et la première puissance économique en 1873 en comptant le PIB par habitant.

 

Lire plus: L’agriculture, levier de puissance pour les États-Unis

 

Du point de vue géopolitique, les États-Unis affirment rapidement leur volonté de puissance. En 1823 c’est le début de la doctrine Monroe. L’idée est d’avoir une Amérique pour les Américains, sans l’interférence des Européens, mais aussi sous le leadership des États-Unis. Cependant, si cette doctrine montre les ambitions des États-Unis, cela n’a pas empêché l’importante présence des Européens durant le reste du 19ème siècle, les États-Unis n’étant pas assez puissant pour les arrêter à cette époque.

Au début du 20ème siècle, les États-Unis parviennent à imposer leur leadership sur le continent américain avec la politique dite du « big stick » de Théodore Roosevelt. Les États-Unis se donnent pour devoir d’intervenir dans les pays d’Amérique latine en cas de mauvaise gouvernance.

Enfin durant la présidence de W. H. Taft, c’est la « diplomatie du dollar » qui est utilisée pour contrôler les États d’Amérique latine. L’idée est d’utiliser la dépendance économique des États latino-américains en faveur des États-Unis.

De, en un siècle, les États-Unis sont parvenus à devenir une puissance économique incontournable puisqu’ils sont la première puissance économique globale au début du 20ème siècle. Ils sont également un acteur géopolitique incontournable sur le continent américain cependant très peu présent dans la géopolitique globale.

 

La Première guerre mondiale : un premier tournant dans la puissance américaine

Avant la Première guerre mondiale, nous observons du côté américain une forme d’isolationnisme. Les États-Unis s’occupent en premier lieu des affaires intérieures au continent américain, bien qu’il y ait eu quelques contre-exemples à cette tendance. Nous pouvons par exemple penser à l’accord commercial entre les États-Unis et le Japon. Les Américains sont parvenus avec cet accord à pénétrer le marché japonais.

 

Lire plus: États-Unis/Japon:une alliance renforcée

 

Cependant, si la tendance générale avant la Première guerre mondiale est l’isolationnisme, cette guerre marque une entrée des États-Unis dans la géopolitique mondiale. En effet, les Américains prennent d’abord part aux conflits en vendant du matériel militaire aux Britanniques et aux Français puis en envoyant directement des soldats en 1917.

Les États-Unis sont la seule puissance à ressortir renforcer par la Première guerre mondiale. En effet, leurs infrastructures sont intactes, la moitié du stock mondial d’or est aux États-Unis. Ainsi, lorsqu’un nouveau système monétaire mondiale est créé, le dollar américain est la seule monnaie à posséder l’étalon-or. La première place économique des États-Unis est donc renforcée par la guerre.

La puissance géopolitique des États-Unis est également renforcée après la Première guerre mondiale. Les États-Unis aident à plusieurs reprises l’Allemagne dans les années 1920 pour s’assurer la survie économique du pays face au poids des réparations de guerre et maintenir la paix en Europe. C’est pourquoi il y a eu la signature des plans Dawes en 1924 et Young en 1929. Les États-Unis relancent également le dialogue avec le Japon avec les conférences de Washington de 1921 et 1922.

Cependant, les États-Unis n’assument pas pleinement leur nouveau leadership. En effet, ils ferment leurs marchés aux entreprises européennes en augmentant les tarifs douaniers avec les Tarifs Fordney – MacCumber de 1922. De cette manière, une dépendance européenne envers les États-Unis se forme. Par conséquent, si les États-Unis prennent plus de place dans l’économie et la géopolitique mondiale, ils préservent une forme d’isolationnisme. Nous pouvons également penser au retrait des États-Unis du projet de la SDN lancée en 1919.

 

En conclusion de cette première partie, les États-Unis ont connu une croissance industrielle et économique fulgurante au 19ème siècle leur permettant de rapidement devenir la première puissance économique mondiale. Cependant, les Américains prennent du temps à s’impliquer dans la géopolitique mondiale. La Première guerre mondiale renforce la première place économique des États-Unis et marque une première sortie de l’isolationnisme bien que limitée.

Vous pourriez aussi aimer