Géopolitique du pétrole

Géopolitique du pétrole

 

Ce lundi 09 mars 2020, les cours du pétrole ont chuté de plus de 20 % (cf : Publication de Lundi économie sur Instagram). En cause, un conflit diplomatique entre l’Arabie Saoudite et la Russie et l’expansion du coronavirus.

L’Arabie saoudite s’est engagée à une réduction d’un million de barils par jour pour l’OPEP si la Russie de Vladimir Poutine s’engage à une réduction de 500 000 barils par jour. Pour compenser la baisse de la production du mois de mars 2020 due à la pandémie mondiale, l’Arabie Saoudite a annoncé l’augmentation de sa production de 2,3 millions de barils par jour en avril prochain, soit 25 % de plus. La Russie s’oppose à cette politique, ce qui entraîne une très forte chute des cours. De plus, les Émirats Arabes Unis soutiennent la stratégie saoudienne, ce qui complique l’apaisement des conflits entre l’Arabie Saoudite et la Russie. Ce mercredi 18 mars 2020 est attendue une réunion entre les pays producteurs de pétrole afin d’examiner l’évolution du marché pétrolier.

Ce fait d’actualité donne alors l’occasion de traiter de la géopolitique du pétrole.

Le pétrole est une ressource indispensable dans notre économie industrielle contemporaine, si bien qu’elle est la matière première la plus utilisée dans le monde, devançant le charbon. En effet, le pétrole est nécessaire à la fabrication des hydrocarbures ainsi qu’à la fabrication de plastique, de textiles synthétiques ou encore de caoutchoucs.

Le pétrole est une roche liquide d’origine naturelle, piégée dans des formations géologiques particulières. Ainsi, seulement quelques pays possèdent des ressources pétrolières. Les principaux pays producteurs sont les États-Unis, l’Arabie saoudite et la Russie, qui totalisent 41,2 % de la production mondiale en 2018. Le faible nombre de pays producteurs fait de ces derniers d’importants acteurs géopolitiques et géoéconomiques mondiaux.

De plus, le pétrole est une matière première cotée en bourse. Les pays producteurs peuvent s’accorder ou non sur la quantité de pétrole produit afin d’augmenter ou de réduire le prix du baril.

Ainsi le commerce du pétrole régit en grande partie les relations économiques et diplomatiques internationales. Cela en fait une matière première stratégique.

Certains pays producteurs de pétrole ont décidé de s’allier au sein de l’OPEP. L’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole(OPEP) a été créée le 14 septembre 1960, lors de la Conférence de Bagdad, principalement à l’initiative du Shah d’Iran. L’OPEP est une organisation intergouvernementale de pays ayant pour objectif de négocier avec les sociétés pétrolières la quantité de pétrole produit ainsi que le prix du baril. L’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Irak, les Émirats Arabes Unis et le Venezuela sont les principaux pays producteurs de pétrole membres de l’OPEP. En 2018, les pays membres de l’OPEP produisent 41,5 % du pétrole mondial.

Néanmoins, les États-Unis et la Russie ne font pas partie de cette organisation. Une rivalité s’est progressivement installée entre les pays de l’OPEP, les États-Unis et la Russie. Cette rivalité se traduit par des guerres financières, qui peuvent entraîner des crises mondiales.

 

Nous pouvons particulièrement distinguer cinq crises:

 

          Le premier choc pétrolier de 1973

En octobre 1973, une coalition arabe, menée par l’Égypte et la Syrie, a attaqué par surprise Israël, ce qui déboucha sur la guerre du Kippour, ou guerre israélo-palestinienne de 1973. Lors de cette guerre, les États-Unis et les Pays-Bas ont soutenu Israël. En sanction, l’OPEP, majoritairement composée de pays arabes, a alors décidé la réduction significative de la production et la mise en embargo de ses pays. Ceci provoqua une hausse brutale des prix du pétrole, le prix du baril passant de 3 $ à 12 $. Ainsi, des différends diplomatiques entre les pays producteurs de pétrole peuvent avoir des conséquences sur l’économie mondiale.

 

          Le second choc pétrolier de 1979

L’année 1979 a été marquée par de nombreux évènements géopolitiques, comme la Révolution iranienne, qui a entrainé la chute du shah ou encore le début de la guerre entre l’Iran et l’Irak. L’instabilité géopolitique dans les pays producteurs de pétrole a pour conséquence l’augmentation du prix de pétrole, qui a été multiplié par 2,7 entre le second semestre de 1978 et 1981.

 

          1986 ou l’année noire de l’OPEP

A l’automne 1985, l’Arabie Saoudite a augmenté excessivement sa production de pétrole, entraînant une chute importante du cours du pétrole. Le prix du baril devient alors inférieur à 10 $. L’OPEP parvient à un accord au courant de l’été 1986, ce qui permet une stabilisation des prix, dans un premier temps, puis une augmentation à 17 $ le baril en 1987.

 

          La crise financière mondiale de 2008

Le développement de nouvelles puissances et la hausse de la demande mondiale de pétrole a entrainé la hausse progressive du cours du pétrole, qui atteint son apogée à 140 $ le baril. La crise financière a pour conséquence la chute des prix : le baril tombe à moins de 35 $. Afin de remédier à cette baisse, l’OPEP décide de réduire sa production de 4,8 millions de barils par jour.

     

           La menace états-unienne de 2014

Les États-Unis deviennent les premiers producteurs mondiaux de pétrole grâce à l’exploitation du pétrole de schiste. L’essor du pétrole de schiste états-unien entraîne un décalage entre l’offre et la demande mondiale. Cela a pour répercussion l’effondrement des cours du pétrole qui passent de 110 $ le baril à 75 $. En novembre 2014, l’OPEP décide de ne plus soutenir les prix avec pour objectif de protéger leurs parts de marché et de tuer la production américaine.

 

Ainsi, les relations diplomatiques entre les pays producteurs, les pays exportateurs et les pays importateurs de pétrole ont des répercussions sur les cours des prix du pétrole. De même, les cours du prix du pétrole ont une influence sur l’économie mondiale, très dépendante de cette ressource.

Vous pourriez aussi aimer :
En cette fin d'année scolaire mouvementée, nous avons demandé aux directions des Grandes Ecoles de commerce de vous dire 2…