L’île d’Hainan, nouvelle oasis du régime de Pékin ou simple mirage au milieu du désert

Hainan, c’est une petite île d’un peu plus de 30 000 km en mer de Chine méridionale située au sud de la Chine et qui compte un peu moins de 10 millions d’habitants. Alors que jusque-là l’île n’avait qu’une importance mineure dans l’économie chinoise, avec une activité se concentrant majoritairement autour d’une agriculture peu modernisée, et était surtout connue pour. Pourtant, tout cela a changé ces dernières années lorsque le gouvernement de Pékin a tout à coup décidé de tourner son regard vers cette île jusque-là délaissée pour en faire un pôle touristique et commercial majeur. Bienvenu dans le nouveau Hainan, paradis pour les touristes venus de Chine comme de bien plus loin et nouveau pôle commercial

Rien ne prédestinait Hainan à occuper aujourd’hui…

Savez-vous quelle était l’utilité d’Hainan aux yeux du gouvernement chinois il y a encore quelques décennies ? Il s’agissait du lieu où étaient exilés les opposants politique du régime communiste (Hainan était d’ailleurs avec Taïwan l’un des derniers bastions des opposants à la révolution populaire de 1949). Bref, rien ne pouvait laisser penser que des années plus tard l’île aurait une économie si florissante.
Ajoutons de plus que le contexte géopolitique de la mer de Chine est loin d’être favorable à un développement économique. Les différentes puissances de la zone lorgnent sur chaque îlot afin d’agrandir leur ZEE (zone économique exclusive) et la paix dans cette zone de plus en plus instable est de plus en plus armée. Ainsi, une base militaire chinoise est installée sur l’île. Dans ces conditions, on aurait pu croire que le gouvernement de Pékin choisirait un autre endroit où développer un pôle touristique.

… Une place telle que la sienne actuellement du point de vue économique

C’est début 2020 que le régime de Pékin annonce son grand projet visant à faire de l’île d’Hainan une nouvelle ZES (Zone économique spéciale) pour y développer une activité commerciale et touristique majeure. Celle-ci est encouragée par des avantages fiscaux certains. Les barrières douanières sont fortement abaissées voire même supprimées concernant certains produits. On est aujourd’hui devant une sorte de zone de Duty Free géante. Ainsi, de nombreuses entreprises internationales, notamment dans le secteur du luxe, ont sauté sur cette occasion qui semblait immanquable pour accéder au marché chinois.

De plus, il faut aussi signaler que le gouvernement chinois n’a pas lésiné sur les moyens pour attirer un maximum de touristes qu’ils soient chinois ou étrangers. De riches infrastructures ont été créées (hôtels, centres commerciaux…). L’arrivée des touristes a aussi été facilitée par un allègement des conditions d’entrée sur l’île d’Hainan depuis l’étranger par rapport au reste du territoire chinois. Ceux-ci ont largement répondu présents à l’appel du pied fait par Pékin et sont arrivés en masse sur l’île, profitant de la large gamme d’offres proposée (Hainan ne s’adresse pas seulement à la partie la plus aisée des touristes, mais bien également à la classe moyenne chinoise) et Hainan prospère aujourd’hui jusqu’à quasiment concurrencer sa sœur ennemie d’Hong Kong.

L’avenir d’Hainan en deux questions

Si tout semble aller comme sur des roulettes pour l’île d’Hainan au jour d’aujourd’hui, il n’en reste pas moins que de nombreuses problématiques continuent d’exister autour de ce lieu en apparence pourtant idyllique.

Premièrement, comme dans le cas de toute ouverture d’une zone au tourisme de masse, il convient de penser à la pérennité de celle-ci du point de vue écologique. Le gouvernement chinois a semblé vouloir prendre à bras le corps ce problème en mettant très tôt en place des mesures contraignantes visant à projeter le lieu, en faisant un véritable laboratoire de leur politique environnementale. Pour autant, il convient de poser ici clairement la question : si le régime de Pékin fait bien plus attention sur Hainan que sur le reste de son territoire (la Chine est rappelons-le première ou seconde selon les critères choisis dans le classement mondial des pays pollueurs), il n’en reste pas moins que celui-ci va être de plus en plus menacé au fur et à mesure que l’appât du gain va se faire ressentir de plus en plus fort. Le gouvernement de Xi Jin Ping tiendra-t-il ses bonnes résolutions fièrement claironnées ? Rien n’est moins sûr…

Autre question : Hainan continuera-t-il de pouvoir surfer sur sa lancée lorsque la conjoncture actuelle qui lui est plus que favorable s’achèvera ? En effet, la fermeture des frontières actées par le régime de Pékin depuis maintenant deux ans et le début de la crise du coronavirus au début de l’année 2020 a conduit les Chinois (comme d’ailleurs la plupart des touristes mondiaux) à se reporter sur des vacances sur leur propre territoire. Dans ces conditions, Hainan a clairement prospéré et s’est considérablement développé. Pour autant, on peut clairement se demander si la réouverture des frontières et donc la dispersion des touristes chinois partout dans le monde pourra être comblée uniquement par l’apport des touristes nationaux. Pérenniser sa clientèle, tel sera l’un des principaux défis de l’île dans le futur.

Julien Vacherot

Étudiant à HEC Paris en année de césure et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer