Khâgne : prépa A/L ou B/L, comment faire son choix ?

Votre choix est fait : vous avez un profil plutôt littéraire, et souhaitez donc souhaitez intégrer une prépa lettres. Mais encore faut-il savoir quelle filière : entre la khâgne A/L qui est exclusivement littéraire et la khâgne B/L qui dispense aussi des enseignements exigeants en sciences sociales et en mathématiques, il existe de réelles différences. Découvrez dans cet article comment faire votre choix entre prépa A/L et prépa B/L !

 

Lire plus : Comment savoir si la classe prépa littéraire est faite pour moi ?

 

 

 

La prépa B/L : une filière davantage pluridisciplinaire

 

Profil scientifique exigé

À raison de six heures hebdomadaires et d’un coefficient 3 au concours de l’ENS, les mathématiques occupent une place absolument décisive au sein de la prépa B/L. Aussi reste-t-il conseillé d’avoir suivi des spécialités scientifiques au lycée pour prétendre réussir dans cette filière. En termes de contenu, algèbre linéaire, probabilités, géométrie ou encore fonctions seront enseignés à un niveau exigeant, dans la continuité des enseignements scientifiques du lycée. Vous l’aurez compris : il est primordial d’avoir un profil scientifique pour intégrer la prépa B/L.

 

 

Une envie de découverte des sciences sociales ?

Si l’importance des mathématiques constitue une première différence avec la prépa A/L, les sciences sociales occupent elles aussi un rôle central en B/L : six heures de cours hebdomadaires en première comme en deuxième année et un coefficient trois au concours. Cette matière fait toute la spécificité de la prépa B/L, avec une approche très riche de l’économie, de la sociologie et des sciences politiques. À la différence des mathématiques, il n’est pas nécessaire d’avoir suivi un enseignement en SES au lycée : tous les fondamentaux seront repris et enseignés en B/L. De quoi ravir les plus curieux d’entre vous !

 

 

La prépa A/L : un cursus exclusivement littéraire

La khâgne A/L est quant à elle davantage spécialisée dans les disciplines purement littéraires : français, philosophie, histoire, géographie, langues vivantes et anciennes sont au programme dans cette filière qui ne dispense aucun cours en mathématiques ou en sciences sociales. Autrement dit, il s’agit d’un cursus tout-à-fait adapté aux étudiants qui ne veulent plus du tout faire de sciences ou d’économie, mais qui restent très intéressés par les lettres. Vous pourrez par ailleurs intégrer en deuxième année de khâgne A/L la filière dite classique -avec des langues anciennes- ou la filière dite moderne -avec des cours de géographie sur programme.

 

Lire plus : Une semaine type en khâgne A/L, ça ressemble à quoi ?

 

 

La variété des débouchés : un point commun entre A/L et B/L

 

Les prestigieuses Écoles Normales Supérieures

Le concours des prestigieuses ENS reste néanmoins le point d’intersection majeur de la prépa A/L et de la prépa B/L : dans un cas comme dans l’autre, les enseignements sont sur programme, et préparent en priorité au concours des ENS -Ulm, Lyon et Paris-Saclay, très sélectif. Vous l’aurez compris : la prépa A/L comme la prépa B/L prépare au concours de l’ENS et offre de ce fait une opportunité de poursuivre dans la voie de l’enseignement et de la recherche.

 

Lire plus : Les 10 grands débouchés d’une khâgne A/L

 

 

Écoles de traduction, sciences sociales, journalisme, etc.

Outre les ENS, prépa A/L comme prépa B/L offrent là encore la même opportunité de poursuivre ses études dans des écoles spécialisées de traduction (ISIT), de journalisme et de communication (Celsa), d’études politiques (IEP), de sciences sociales (EHESS) ou encore dans de nombreuses facultés réputées telles que Paris-Dauphine. Aussi les ENS ne sont-elles pas la seule et unique finalité de la prépa littéraire, permettant aux khâgneux venus de A/L comme de B// de poursuivre leur parcours dans les humanités et sciences sociales.

 

 

Les grandes écoles de commerce

Si les anciens étudiants de prépa B/L restent plus nombreux que les A/L au sein des grandes Business Schools françaises, il demeure que les khâgneux en général ont toute leur place dans ces écoles qui, pour certaines, dispensent des programmes complets en humanités ou encore offrent des doubles-diplômes avec Sciences-Po ou certaines Universités partenaires.  

 

 

Vous pourriez aussi aimer