L’actualité en bref – Semaine du 23 au 29 novembre 2021

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour notre rendez-vous hebdomadaire, marqué cette semaine par la revalorisation du salaire des sages-femmes, l’entrée en vigueur du dernier volet de l’assurance chômage et le chiffre de la baisse des natalités en France à cause de la crise sanitaire.

 

La revalorisation du SMIC au 1er janvier sera supérieure à 0,6%

À travers les dernières estimations de l’INSEE sur l’inflation (+2,8% sur un an), l’exécutif a d’ores et déjà annoncé que la nouvelle augmentation du SMIC français devrait être supérieure à 0,6% pour le début d’année 2022. Néanmoins ce sera le 15 décembre que nous aurons les chiffres définitifs de l’inflation et que le gouvernement consultera les partenaires sociaux pour définir cette revalorisation. Rappelons que le SMIC avait déjà été exceptionnellement revalorisé en octobre de +2,2% à un niveau brut horaire de 10,48 euros.

Source: https://www.lesechos.fr/economie-france/social/la-revalorisation-du-smic-au-1er-janvier-sera-superieure-a-06-1368443

 

Les chauffeurs de l’entreprise Uber ne circuleront plus à Bruxelles

Après six ans de bataille entre les Taxis Verts (l’une des principales compagnies de la capitale belge) et le géant américain Uber, la cour d’appel de Bruxelles a annoncé qu’à partir du 26 novembre, l’application sera interdite, impactant directement 6 000 chauffeurs. Les juges ont en effet estimé l’illégalité des courses conclues avec un smartphone, celles-ci ne pouvant être transmises, que par des radio émetteurs, lesquels sont réservés aux taxis. « C’est absurde, car la législation en question date de 1995, quand les smartphones et les applications n’existaient pas » a-t-on répondu du côté de la plateforme américaine, qui parle d’un éventuel recours devant la Cour de Cassation.

Source: https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/11/25/vtc-la-cour-d-appel-bannit-uber-de-bruxelles_6103583_3234.html

 

Revalorisation du salaire des sages-femmes

Le gouvernement et les partenaires sociaux se sont mis d’accord pour qu’à partir du mois de mars, les sages-femmes toucheront 500 euros nets de plus par mois par rapport à novembre 2020. Toutes ces mesures pèseront 40 millions sur une enveloppe totale de 100 millions d’euros pour 2022. Au-delà de la revalorisation, l’accord contient également « un engagement pour améliorer le fonctionnement interne et les organisations de travail autour des sages-femmes dans les établissements de santé », selon Olivier Véran. Malgré ces initiatives, le syndicat de la profession a indiqué que « Ces propositions restent bien en deçà de ce qui est indispensable pour provoquer un choc d’attractivité pour notre profession ».

Source: https://www.lesechos.fr/economie-france/social/sante-100-millions-deuros-de-revalorisation-pour-les-sages-femmes-1365986

 

Le dernier volet de l’assurance-chômage rentre en vigueur

Nous en parlions depuis des mois, c’est chose faite, le dernier volet de la réforme controversée de l’assurance-chômage rentre en vigueur le 1er décembre. Désormais la durée minimale de travail pour être indemnisé va passer de quatre à six mois sur les vingt-quatre deniers mois (trente-six mois pour les plus de 53 ans). Ce nouveau mode de calcul va évidemment pénaliser les demandeurs d’emploi qui jonglent entre chômage et activité. D’après une étude de l’Unédic, ce passage de quatre à six mois conduira durant la première année à retarder l’ouverture de droits à 475 000 personnes.

Source: https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/12/01/assurance-chomage-le-dernier-volet-de-la-reforme-controversee-entre-en-vigueur_6104272_3234.html

 

La natalité a baissé à cause du Covid 

L’Insee a publié ce jeudi son dernier « portrait social » qui souligne la baisse des naissances liée au Covid entre mars et mai 2021. Mais ce rapport met surtout en exergue la disparité entre les différents territoires français. En effet les départements les plus touchés par la première vague épidémique ont enregistré la plus forte baisse des natalités : le Nord et l’Est du pays mais aussi l’Île de France. Mais c’est surtout là où la crise sanitaire et les difficultés économiques se sont conjuguées, comme dans l’Oise ou la Seine-Saint-Denis, que les naissances ont été les plus pauvres précise l’Insee. Alors que la baisse au niveau national est de 12%, dans les communes où sévit le plus la pauvreté, une moyenne de 14% est affichée. Pour finir, le rapport montre qu’au niveau des décès toutes causes confondues, il y’a eu 47 000 décès de plus qu’attendus, une augmentation de 9% par rapport à 2019.

Source: https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/covid-les-territoires-en-france-ou-la-natalite-a-le-plus-baisse-1367084

Damien Copitet

Je suis étudiant à SKEMA BS après deux années de classe préparatoire au lycée Gaston Berger (Lille). Nous nous retrouvons toutes les semaines pour l'actualité en bref

Vous pourriez aussi aimer