L’actualité hispanique à connaître pour les concours

Nous vous proposons de revenir sur les événements majeurs ayant rythmé l’actualité espagnole et latino-américaine depuis les concours 2020 jusqu’à aujourd’hui, soit autant de thèmes susceptibles de tomber lors des concours 2021 !

 

Chili

Le 25 octobre 2020, les Chiliens vo-taient massivement « oui » (78%) en faveur d’une nouvelle constitution, laissant ainsi derrière eux la constitution héritée de la dictature d’Augusto Pinochet en 1990. Ce référendum fait écho aux révoltes sociales ayant secoué le pays en octobre 2019, suite à l’augmentation du prix du ticket de métro. En réalité, les causes de ce ras-le-bol étaient bien plus profondes qu’une simple hausse de prix des transports puisque le peuple chilien s’est en fait élevé contre le modèle étatique et ses politiques libérales, synonymes au Chili d’une inégale répartition des richesses, d’emplois précaires et de pensions dérisoires.

 

Venezuela

Le 7 décembre 2020, Nicolás Maduro remportait les élections parlementaires, renforçant ainsi son pouvoir hégémonique en récupérant la seule institution dont il avait perdu le contrôle. Toutefois, ces élections restent marquées par une abstention historique (autour de 38%) et par le boycott de presque toute l’opposition. Sa victoire a été vivement critiquée par l’opposition et par la communauté internationale, dénonçant une nouvelle fois une « farce électorale » de la part d’un régime considéré comme « illégitime » et « dictatorial ». Malheureusement, ces élections ne semblent pas apporter de solution -au moins à court-terme- à l’impasse politique que traverse le Venezuela depuis janvier 2019, date à laquelle J. Guaidó se déclarait président par intérim du pays. Toutefois, J. Guaidó n’étant désormais plus président de l’Assemblée nationale depuis janvier 2021 et étant de plus en plus isolé et discrédité, la crise politique prendra vraisemblablement un nouveau tournant. 

 

Argentine

Le 30 décembre 2020, l’Argentine d’Alberto Fernández légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines. La « marée verte » (la marea verde) poussée par le collectif Ni una menos signait alors une victoire historique dans un pays très divisé sur la question de l’avortement, où le congrès à majorité conservatrice, avait déjà rejeté un projet de loi similaire en 2018. Cette avancée historique permet à l’Argentine de mettre fin aux quelques 40 000 morts annuelles provoquées par les avortements clandestins, et de rejoindre les rares pays d’Amérique Latine ayant déjà légalisé l’avortement (à savoir, l’Uruguay, Cuba, le Guyana, la ville de Mexico et l’État mexicain Oaxaca).

 

Pérou

Le Pérou établissait en novembre un record inédit, celui de voir défiler trois hommes différents à la fonction de chef d’État en dix jours. En effet, le 9 novembre 2020, le congrès péruvien votait la destitution du président en poste, Martín Vizcarra pour « incapacité morale permanente ». Si un nouveau président par intérim avait été désigné (Manuel Merino), ce dernier a vite démissionné en réponse aux nombreuses protestations citoyennes, entraînant dès lors la nomination d’un nouveau président, Francisco Sagasti. Si ce triste record révèle l’instabilité politique du pays, ce sont davantage des problèmes structurels et en gestation depuis des décennies, tels que la corruption endémique, qui permettent d’expliquer la colère des Péruviens et la crise politique ayant secoué le pays.

 

Bolivie

En octobre 2020, les élections pré-sidentielles étaient remportées par Luis Arce (Membre du MAS, (Mo-vimiento Al Socialismo), ancien ministre de l’Économie, face à Carlos Mesa. Un an et demi après le scandale électoral secouant Evo Morales et les protestations massives ébranlant le pays, le parti MAS confirme son influence auprès des citoyens. Ces élections ont eu lieu après deux reports du Tribunal suprême électoral en raison de la COVID-19, ces derniers ayant déclenché la colère des Boliviens.

 

Espagne

Une fois de plus, la monarchie espagnole se voit secouée par de nouveaux scandales. En mars 2020, la justice suisse accusait l’ancien monarque Juan Carlos de corruption : il aurait alors reçu 100 millions d’euros de la part des autorités saoudiennes sur un compte suisse.

Afin d’étouffer le scandale et de protéger la monarchie, le roi actuel, Felipe VI, a décidé de prendre ses distances avec son père en le répudiant, en mettant fin à ses revenus royaux et en renonçant à tout héritage de sa part. Après s’être exilé à Abou Dhabi, l’ancien roi a de nouveau été au cœur d’une nouvelle enquête judiciaire, la justice espagnole l’accusant d’avoir utilisé des cartes de crédit liées à des comptes non ouverts à son nom, soit de blanchiment d’argent. Ces nombreux scandales viennent donc entacher l’image de la monarchie, déjà bien ternie par des évènements plus anciens comme ses parties de chasse d’éléphants au Botswana en pleine récession économique ou ses affaires extra-conjugales. 

 

Brésil

Le 22 janvier 2021, le chef indigène Raoni déposait plainte devant la cour pénale internationale contre le président brésilien, Jair Bolsonaro, pour crimes contre l’humanité. Cette plainte dénonce la politique dite « criminelle » du président à l’égard des peuples indigènes : meurtres, exterminations, transferts forcés de population ou encore persécutions lui sont reprochés. À ces accusations s’ajoute également une gestion désastreuse de l’Amazonie qui favorise la déforestation dont les Indigènes sont les premières victimes : depuis l’été 2019, les feux ne cessent de ravager le « poumon vert » de la planète. Malheureusement, depuis le début de son mandat en janvier 2019, le climat-scepticisme du président d’extrême droite n’étonne plus.

 

Covid-19

L’Espagne et les pays latino-américains n’ont pas été épargnés par la Covid-19 : le Pérou, l’Espagne, le Panama, le Mexique ou encore le Brésil et l’Argentine font partie des pays les plus endeuillés au monde par la crise sanitaire. À travers cette pandémie, de nombreux citoyens ont exprimé leur mécontentement face au gouvernement et aux restrictions appliquées pour juguler la crise sanitaire, à l’image des nombreux affrontements en Espagne entre policiers et citoyens, ou des manifestations anti-confinement au Brésil.
Au-delà de la crise sanitaire, de sévères récessions économiques se font sentir pour l’Espagne et l’Amérique Latine pour qui les économies étaient déjà fragiles avant la pandémie : tandis que l’Espagne a subi une perte de près de 13% de son PIB en 2020, l’Argentine, elle, aurait connu une chute de 10% de son PIB, contre 14% pour son voisin chilien. De quoi parler peut-être d’une nouvelle « décennie perdue » pour l’Amérique Latine…

Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer