L’avantage de présenter les écoles de commerce en prépa littéraire A/L

La prépa littéraire a depuis quelques années considérablement accru ses débouchés, et les écoles de commerce en font partie. Autant en profiter ! D’autant plus que les coefficients de la BCE pour les A/L sont extrêmement favorables, pour peu de les connaître et de réaliser ce qu’ils impliquent.

Ils vous permettent d’intégrer une (très) bonne école de commerce sans aucune épreuve de mathématiques à l’écrit (vous en retrouverez ensuite à l’oral HEC et au test psychotechnique de l’ESSEC si vous y êtes admissibles, puis une fois en école de commerce) !

 

Lire aussi : Classe préparatoire ou Admission Sur Titre ?

 

Démonstration par les coefficients

Si vous passez les écoles de commerce en prépa littéraire A/L, vous passerez deux concours à deux semaines d’intervalle, une semaine mi-avril pour le concours de la BEL (Banque d’Épreuves Littéraires) c’est-à-dire le concours de l’ENS et il faudra remettre le couvert pour quelques jours début mai pour les écoles de commerce en passant le concours de la BCE (Banques Commune d’Épreuves).

Attention : les deux concours comptent pour intégrer une école de commerce. La moyenne de vos notes à la BEL compte pour près d’un tiers pour la BCE, et le reste des coefficients est complété par les épreuves de la BCE, qui compte pour 2/3. Le total des coefficients pour les écoles de commerce est de 30.

NB : le concours de la BEL se compose d’une épreuve par jour de 6 heures pour la plupart, le concours de la BCE de deux épreuves par jour environ (selon les écoles que vous choisissez de présenter), car les épreuves sont plus courtes.

 

Lire plus : Intégrer une école de commerce après une prépa A/L ?

 

Tableau des coefficients par épreuve issu de la brochure BCE 2021 :

Les coefficients varient selon les écoles, mais restent plus ou moins similaires selon que l’école appartient au top 5 ou non.

 

Lire plus : Qu’est-ce-que la prépa A/L et quels sont ses débouchés ?

 

Décryptage des coefficients :

  • Pour 1/3, compte votre moyenne à la BEL :

Le coefficient de la moyenne aux 6 épreuves de l’ENS (BEL) est, en effet, généralement situé autour de 10 : 10 pour HEC, ESCP, EM Lyon, 12 pour ESSEC, EDHEC, 9 pour SKEMA… Pour quelques écoles, il descend à 6 (Grenoble Ecole de Management) ou il monte à 15 (ISC ou SCBS) – voir tableau ci-dessus. Son importance n’est donc pas négligeable, mais elle ne fait pas tout.

  • Pour 2/3, comptent les épreuves de la BCE :

Une fois la BEL passée, vient la BCE. Il ne faut surtout pas se décourager, tout est encore jouable pour obtenir une bonne école de commerce puisqu’il reste 2/3 des coefficients à assurer. Vous devrez passer 3 épreuves minimum (ou plus en fonction des écoles sélectionnées). Ces 3 épreuves disposent d’un fort coefficient :

  • la contraction de texte
  • l’épreuve de première langue (banque ELVi et/ou Iéna)
  • l’épreuve de deuxième langue (banque ELVi et/ou Iéna)

 

Trois épreuves communes à tous les préparationnaires

Ces trois épreuves sont communes à tous les préparationnaires qui présentent les écoles de commerce et non pas spécifiques aux littéraires.

Si vous passez les écoles du top 5 et Grenoble Ecole de Management, vous devrez aussi rédiger trois dissertations BCE en 4 heures portant sur le programme BEL de l’année spécifiques aux littéraires A/L (3 dissertations en lettres, philo, géo ou histoire au choix à choisir lors de l’inscription en décembre).

Si vous passez les écoles avec dissertations, le poids des 3 épreuves mentionnées ci-dessus est minoré, car le total des coefficients reste dans tous les cas de 30.

Les dissertations BCE ne nécessitent pas de préparation particulière, puisqu’elles portent sur les thèmes de la BEL. L’unique différence est le traitement du sujet en 4 heures, ainsi que des sujets proposés très précis au regard de la largesse du thème de l’année et sensiblement plus ancrés dans le réel.

 

Attention aux épreuves de contraction et de langues !

Il faut, quelles que soient les écoles présentées, porter une attention particulière aux épreuves de contraction et de langues, ne pas les négliger et bien les préparer. Vous l’aurez compris, ces trois épreuves importent énormément.

Ainsi, une moyenne passable à la BEL mais d’excellentes notes (>14/20) aux épreuves de contraction et de langues peuvent aisément vous permettre de décrocher de superbes écoles de commerce. Puisque dans certains cas, la contraction vaut peu ou prou votre moyenne à la BEL (3 heures de contraction BCE reviennent effectivement à 6 x 6h de dissertations BEL !).

Pour préparer ces trois épreuves, vous retrouverez des conseils méthodologiques sur le site, puisque tous les préparationnaires commerce passent ces épreuves. Dites-vous que vous partez avec un avantage, car, même si vous êtes moins entraînés à ces formats d’épreuves que les camarades en prépa éco, vous partez avec l’avantage d’être littéraire, donc votre copie va sortir du lot (à condition de bien maîtriser la méthode !)

Cultivez donc votre côté littéraire en respectant la méthode et donnez l’illusion de maîtriser l’épreuve (même si c’est la première fois que vous effectuez le fameux comptage de mots !) ! À vous de jouer !

 

Lire plus : Comment préparer les épreuves de langues de la BCE en A/L ?

Vous pourriez aussi aimer