Le groupe Wagner : qui sont – ils ?

Le Groupe Wagner est un groupe de mercenaires russe, soutenus par Vladimir Poutine. Aujourd’hui, on leur attribue plusieurs crimes de guerre, surtout en Afrique. 

 

Qui sont – ils ?

Le Groupe Wagner est un groupe créé en 2014. À l’origine, Wagner était le surnom de Dimitri Utkin, ancien soldat des forces spéciales russes. Ce néonazi, admirateur du troisième Reich, est à l’origine de ce groupe. Son surnom viendrait du compositeur allemand Richard Wagner, qui était le compositeur préféré d’Hitler. Maintenant, le groupe est financé par un oligarque russe, Evgueni Rpigojine. C’est un homme d’affaires russe, proche du pouvoir, notamment de Vladimir Poutine dont il est le cuisinier.


Les hommes sont recrutés parmi les anciens soldats de l’armée russe, ou même parfois directement dans l’armée. En effet, cela permet aux soldats d’avoir un complément de salaire plutôt onéreux. Ils recherchent des soldats qui ont vécu beaucoup de choses et qui seront capables de s’adapter aux différents terrains et situations qui les attendent. 
Cependant, ce groupe n’est pas officiellement reconnu par le Kremlin. Mais, des vidéos montre justement cet homme d’affaires russes dans une réunion à Moscou avec Vladimir Poutine et le chef des armées russes. Ainsi, ils servent à défendre les intérêts extérieurs de la Russie. 

 

Lire plus : Elon Musk au soutien de l’Ukraine

 

Pourquoi le groupe Wagner est – il revenu dans l’actualité ? 

Aujourd’hui, le groupe Wagner refait surface dans l’actualité. En effet, plusieurs sources (dont The Times) ont révélé que le groupe paramilitaire aurait été missionné pour tuer le président ukrainien, Volodomir Zelensky. Le journal britannique the Times révèle que les mercenaires seraient arrivés 5 semaines avant l’offensive, et se seraient dirigés vers Kiev le 24 février. 

 

Lire plus :  L’impact de l’offensive russe sur les bourses mondiales

               

Quelles sont les actions précédemment menées ?

La République Centrafricaine

Avant cette offensive contre le président ukrainien, le groupe Wagner a mené de nombreuses missions en République Centrafricaine. Par exemple, ils ont été aperçus en 2020 lors d’un meeting du président sortant. Ces mercenaires ne portent pas d’écussons de l’armée russe, et ne sont donc pas clairement identifiés à Moscou. De plus, la Russie n’a officiellement envoyé aucun soldat en Afrique. Cependant, ils ont aussi été repérés en 2021, lorsque ceux – ci s’occupait de la garde personnelle du Premier ministre de la RCA. 

 

Le Mali

Le groupe a aussi sévi au Mali, où le pouvoir espérait rétablir l’ordre via 1000 mercenaires russes. Lors du retrait des forces françaises dans de ce pays, 800 mercenaires étaient présents sur place. Ils sembleraient qu’ils servent l’intérêt économique et diplomatique de la Russie. La France a accusé ces mercenaires de soutenir la junte militaire malienne au pouvoir. En effet, comme la Russie est présente dans le conseil de sécurité de l’ONU, cela donne un sérieux avantage à la junte malienne

L’Ukraine

En outre, les mercenaires ont aussi été aperçus en 2015 dans le Dombass. Toujours en anonyme, on ne pouvait les reconnaître directement. Cependant, ils avaient du matériel auquel seule l’armée russe à accès normalement (véhicules blindés).

 

Lire plus : En quoi l’Ukraine est – il un pays important pour l’Europe ?

 

Quelles ont été les sanctions de l’Union européenne à l’encontre du groupe Wagner ?

 Le 13 décembre 2021 l’Union Européenne a publié dans un communiqué des sanctions envers le groupe Wagner. En effet, elle accuse ces mercenaires d’avoir « recruté, formé et envoyé des agents militaires privés dans des zones de conflit du monde entier afin d’alimenter la violence, de piller les ressources naturelles et d’intimider les civils en violation du droit international ». Le communiqué rapporte aussi que les paramilitaires russes auraient commis des actes de torture ou encore des exécutions. C’est pourquoi, ces sanctions ont été approuvées par les ministres des affaires étrangères des 27 pays de l’UE


En outre, trois entreprises russes opérant en Syrie dans le secteur du gaz et du pétrole (Evro Polis, Mercury et Velada) sont aussi visés. Les responsables ont vu leurs avoirs en Europe gelés, et les visas pour ces personnes ont été interdits.

 

Pourquoi le gouvernement russe n’est pas condamné pour les actes de cette armée privée ?

Malgré les sanctions de l’Union Européenne et les preuves qui s’accumulent au fil des ans, les soldats et les responsables liés à ce groupe n’ont été que très peu condamnés
Pour être exempté de toute sanction et montrer qu’ils ne sont pas liés à ce groupe, la Russie utilise le principe de « déni plausible » (plausible deniability en anglais). Ce concept a été inventé par la CIA dans les années 50. À cette époque, cela consistait à cacher le plus possible les actions secrètes de cette agence aux gouvernants. Ainsi, s’ils devaient répondre à des questions dessus, ils pouvaient répondre qu’ils n’étaient « pas  au courant », et donc se dédouaner.
Ici, Vladimir Poutine utilise exactement le même processus. Il sait que cette armée « privée » existe, il lui donne des ordres, mais ne se préoccupe pas de ce qui se passe sur place ensuite.

 

Lire plus : Les prémisses du conflit Russie / Ukraine

Ambre Billy

Actuellement élève à GEM, j'ai à coeur de transmettre mes connaissances apprises durant ces deux dernières années afin d'aider le plus possible les étudiants.

Vous pourriez aussi aimer