Rentrer dans les ENS : quelles modalités et pour quoi faire ?

Convoitées, les Ecoles Normales Supérieures peuvent tout de même rester quelque peu obscures pour certains étudiants, tant dans leurs enseignements que dans leurs modalités d’entrée : intéressons-nous à cela.

Les modalités pour rentrer dans les trois Ecoles Normales Supérieures

La B/L propose de rentrer dans trois Ecoles Normales Supérieures, écoles tournées vers la recherche et l’enseignement.

            Le concours : des coefficients différents selon les ENS

D’abord, et c’est bien ce à quoi les classes préparatoires nous préparent, les concours. En effet, à l’issue des deux années de B/L, un concours pour présenter les trois ENS vous attend, la phase des écrits ayant lieu plutôt vers la mi-avril et les oraux durant le mois de juin.

Il faut savoir qu’entre les écrits et les oraux, votre moyenne n’est pas remise à zéro : c’est bien la moyenne des écrits et des oraux qui constituera votre note et donc votre rang.

Par ailleurs, si les épreuves communes aux trois ENS ne doivent être passées qu’une fois pour ce qui concerne les écrits, les oraux, eux, sont propres à chaque ENS : vous devrez donc passer, en cas d’admissibilité aux trois ENS, par exemple, trois oraux d’histoire.

             Le concours de l’ENS Ulm

L’ENS Ulm est la plus sélective des Ecoles Normales Supérieures, et ce, du fait de la difficulté de son concours d’entrée : toutes les disciplines de B/L comportent en effet les mêmes coefficients, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Vous passerez donc 6 épreuves : les mathématiques, les SES, la littérature, l’histoire, la philosophie ainsi que l’épreuve d’option.  

Après la phase d’admissibilité des écrits, les oraux sont également au nombre de six et l’épreuve d’option est sur-coefficientée (elle bénéficie d’un coefficient 3 au lieu d’un coefficient 2). Vous pouvez par ailleurs choisir de ne pas présenter l’épreuve d’option à l’oral (qui peut demander un travail supplémentaire au cours de l’année, notamment pour la géographie qui demande une préparation au commentaire cartographique) pour la remplacer par un oral d’économie ou de sociologie sur un sujet « sec » (sans documents), qui bénéficiera également d’un coefficient 3.

 

            Le concours de l’ENS de Lyon

Ici, les coefficients changent en fonction des matières.

D’abord pour les écrits :

  • L’histoire, les mathématiques, les sciences sociales sont coefficient 2.
  • La littérature, la philosophie (cette dernière ne comptant que pour l’admission) et l’option sont coefficient 1.

Ensuite les épreuves orales : l’économie et la sociologie sont coefficient 4 tandis que l’épreuve de langue vivante (une explication de document) est coefficient 1. Une option, coefficient 1, doit être choisie lors de l’oral : la géographie, l’histoire ou les mathématiques.

             Le concours de l’ENS de Paris-Saclay

L’ENS de Saclay prend d’abord en compte les épreuves de mathématiques (coefficient 1), d’histoire (coefficient 3), de philosophie (mais seulement pour la phase d’admission, avec un coefficient 2) et de SES (coefficient 5). Mais il y a également deux épreuves qui ne comptent que pour cette ENS :

  • Une épreuve d’anglais de 3h avec une version et un essai (qui ne compte également que pour l’admission avec un coefficient 2).
  • Une dissertation d’économie ou de sociologie en 5h sur un sujet sans documents (votre choix devra être fait avant vos concours et cette épreuve a un coefficient 3).

Viennent ensuite les épreuves orales : un oral d’option (économie si vous avez pris sociologie à l’écrit et inversement, coefficient 3), puis deux épreuves à coefficient 2 :  un commentaire de dossier (vous pourrez tomber sur de l’histoire, de la sociologie ou de l’économie) et une épreuve de langue vivante et enfin une épreuve de mathématiques (coefficient 1).

           

  Le dossier

Mais vous avez également la possibilité de candidater aux Ecoles Normales Supérieures via la constitution d’un dossier.

Pour les ENS de Lyon et de Paris-Saclay, les procédures sont assez similaires : il s’agit de fournir un dossier comportant une lettre de motivation exposant un projet de recherche et de parcours à moyen terme au sein de l’école ainsi qu’un projet à plus long terme. Le dossier à fournir doit par ailleurs être composé de vos notes de CPGE et peut également comporter une ou deux lettres de recommandation. Les candidatures se font vers les mêmes dates : une ouverture vers la mi-mai et une fermeture entre la fin juin et début juillet.

Une différence cependant : la prise en compte des notes du concours : l’ENS Paris-Saclay les prend en compte mais pas l’ENS de Lyon.

La procédure d’admission par dossier de l’ENS d’Ulm est un peu plus compliquée. Elle ne peut d’abord se faire qu’en cas de « khûbe », c’est-à-dire d’un deuxième passage des concours alors que vous pouvez candidater à la procédure sur dossier en khâgne ou en khûbe (mais pas deux fois !) pour les autres ENS. De plus, votre dossier doit également comporter un CV, une lettre de motivation, les bulletins de notes de classe préparatoire mais également un projet de recherche accompagné d’une bibliographie. De plus, la présentation du dossier n’est que la phase d’admissibilité : il faut ensuite passer une épreuve écrite de 4h qui peut être individualisée en fonction de votre projet et une épreuve orale où le candidat présente son parcours et ses projets de recherche et professionnel et s’entretient ensuite avec le jury.   

Quelle différence pour les étudiants admis sur dossier ? Vous ne serez pas normalien-élève mais normalien-étudiant, ou en d’autres mots vous ne serez pas « fonctionnaire-stagiaire » : vous n’aurez pas de salaire. Autrement, les débouchés (partenariats avec d’autres écoles …), les cours, le rapport aux professeurs sont identiques !

   Qu’étudie-t-on dans les ENS ? Quels débouchés ?

                         Les disciplines étudiées dans les ENS

A l’ENS d’Ulm, vous pouvez étudier les matières que vous souhaitez, même si la majorité des étudiants se tournent plutôt vers les sciences humaines et la littérature : les départements d’économie, de sociologie, d’histoire, de lettres, ou encore de philosophie sont ainsi privilégiés par les élèves de B/L. Pour autant, vous avez la possibilité d’étudier les mathématiques, le cinéma, les langues, la géographie et même le droit !

A Paris-Saclay, trois choix s’offrent aux étudiants lors de leur entrée dans l’Ecole au sein du département des Sciences humaines et sociales : économie-sociologie, sociologie-histoire ou économie-histoire (il est également possible de faire de la gestion) et à la fin du premier semestre, vous pouvez faire le choix de continuer les deux licences ou d’en arrêter une. Vous pouvez également faire le choix de changer de département, par exemple pour aller faire des mathématiques, mais seulement si vous avez été reçu par concours et si vous êtes prêts à faire une année « joker », c’est-à-dire une année où vous ne recevrez pas de salaire. En master ensuite, il vous faudra choisir une des trois disciplines pour vous spécialiser.

A Lyon, deux choix s’offrent à vous lors de votre entrée en L3 : un parcours avec comme majeure l’économie et comme mineure la sociologie (vous ferez en réalité presque uniquement de l’économie) et un parcours inverse avec une majeure sociologie. Cette année est déjà très tournée vers la recherche, avec notamment un travail auprès des laboratoires de l’ENS de Lyon. Après votre licence, plusieurs masters s’offrent à vous au sein du département des sciences sociales, mais l’étude des masters des sciences humaines est également envisageable, même si la procédure est plus discrétionnaire. 

                     Les débouchés des ENS

L’agrégation, la thèse et l’enseignement-recherche sont bien sûr les débouchés canoniques des Ecoles Normales Supérieures, par ailleurs en accord avec leur procédure de recrutement par le concours : le salaire reçu est en effet lié à un « contrat décennal » qui vous engage à travailler pour l’Etat après vos études !

Pour autant, ce n’est pas le seul choix possible, et les Ecoles Normales Supérieures sont également des voies privilégiées pour intégrer d’autres écoles ensuite : Sciences Po Paris, avec laquelle les ENS ont des conventions, l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) : les ENS ont des prép’ENA vous préparant aux concours de cette école, et bien d’autres écoles ! (Il est probable que des modalités à peu près similaires existeront avec la (ou les) école(s) qui succèderont à l’ENA).

La vie d’école, en particulier celle de l’ENS de Paris-Saclay, ainsi que les possibilités d’études, de débouchés seront plus longuement étudiées dans le prochain article.

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Le concours ECRICOME l'a annoncé officiellement : Montpellier Business School fera partie d'ECRICOME en 2022 !