Tout comprendre sur la crise des Subprimes

Dans l’histoire économique, une multitude de crises aux conséquences dévastatrices se sont succédées. La crise des subprimes n’est pas une exception et est, à ce titre, souvent comparée à la célèbre crise de 1929. Cette crise a débuté aux Etats-Unis (2007-2008) avant de se répandre dans le monde entier via les marchés boursiers. Les économies européennes et américaines ont eu du mal à s’en remettre.

 

Ainsi, comment s’est-elle véritablement déclenchée ?

Pour se faire, nous allons aborder des termes techniques essentiels à la compréhension des mécanismes économiques afin d’être précis dans les copies.

Un peu de contextualisation… : Après la période des Trente Glorieuses (1945-1972), les économies connaissent une période de ralentissement économique avec des TCAM (taux de croissance annuel moyen) relativement bas. Les pays peinent à renouer avec les niveaux de croissance d’après-guerre et tentent diverses politiques conjoncturelles (monétaires et budgétaires) et structurelles pour y remédier.

Les Etats-Unis finissent par retrouver une certaine prospérité économique avec une croissance économique solide (dans les années 1980-1990 avec les reagonomics, les politiques menées par le président R. REAGAN). Mais, en 2001, la bulle Internet éclate (krach Internet). Le gouvernement américain se doit de réagir s’il ne veut pas à nouveau voir sa croissance économique ralentir.

 

Mais alors, quelles actions les Etats-Unis vont-ils mener ?

En 2001, c’est Alan Greenspan qui est président de la FED (la réserve fédérale des Etats-Unis), c’est l’équivalent d’une banque centrale. Il décide de baisser les taux d’intérêt directeurs pour que les banques de second rang fassent de même et ainsi inciter à la consommation et l’investissement ce qui nourrit la croissance économique. Le problème ? Les Américains ont une fâcheuse tendance à s’endetter, d’autant plus lorsque les taux d’intérêts sont bas car cela créer un climat de confiance dans le système bancaire et dans le reste de l’économie. Résultat ? L’endettement américain explose. En effet, les banques accordent des crédits immobiliers aux ménages américains qui n’ont pas forcément les garanties nécessaires (appelés primes). Cette imprudence va alimenter une bulle immobilière pendant plusieurs années pour finalement éclater en 2007-2008.

 

Mais pourquoi les banques ont-elles pris de tels risques ?

D’une part, il y avait un climat de confiance qui s’est installé car l’économie se portait bien et les taux d’intérêts restaient bas (ce qui est avantageux pour le refinancement des banques commerciales auprès de la banque centrale).

D’autre part, une nouvelle innovation financière connaît son essor : la titrisation.

La titrisation permet de revendre les titres (les prêts accordés aux ménages) sur les marchés financiers afin de reléguer le risque aux investisseurs et par la même occasion alléger leur bilan. La sophistication mathématique extrême n’a pas aidé car les banques ont créé des CDO (collateralized debt obligations) qui se traduisent par des « paniers de titres » avec des titres subprimes et des titres primes. Pour visualiser, c’est comme un marchand de fruits qui ferait un panier de pommes en mettant les mauvaises pommes en bas (subprimes) et les belles au dessus (primes) pour inciter les investisseurs à les acheter. Pour information, les CDO allaient jusqu’au cube, c’est-à-dire que les banques constituaient « des paniers de paniers de paniers ».

De plus, les agences de notations qui attribuent une note aux titres financiers allant du triple A (confiance élevée quant-à la capacité de remboursement) au D (défaut de paiement de l’emprunteur) avaient bien noté ces CDO alors qu’ils étaient un véritable danger pour le système financier.

 

Quelle suite ?

Le président de la FED, Alan Greenspan, en 2004, au vu du gonflement exubérant de la bulle immobilière décide d’augmenter les taux d’intérêts pour freiner la consommation de l’investissement et ainsi calmer l’euphorie des marchés financiers qui sont déjà malheureusement submergés de titres toxiques (subprimes). Face à cette augmentation des taux d’intérêts, des millions de ménages américains ne sont plus en mesure de rembourser leurs crédits immobiliers et doivent vendre leurs maisons (2004-2007). Cet afflux massif de maisons à vendre sur le marché va faire fortement baisser les prix de l’immobilier (conformément à la loi de l’offre et de la demande). La panique se fait ressentir sur les marchés, les CDO ne valent plus rien car les emprunteurs sont en incapacité de paiement, certaines banques se retrouvent donc avec des millions de titres toxiques qu’elles ne peuvent de surcroît pas vendre. La banque américaine Lehman Brothers fera faillite et les autres grandes banques s’en sortiront par des nationalisations, des rachats de créances toxiques par l’Etat ou encore des fusions. La crise se propage au niveau mondial car les marchés financiers n’ont pas de frontières et les plans de sauvetages se multiplient.

 

Pourquoi l’Etat aide t-il rapidement les banques ?

L’Etat aide massivement les banques pour éviter le « crédit crunch », c’est-à-dire une forte contraction des crédits accordés -qui risquerait d’être un véritable frein à la croissance économique, et ainsi évite de peu l’effondrement de la masse monétaire (comme ce fût le cas en 1929, les Etats en ont tiré des leçons). Mais la conséquence est lourde, la dette des banques se retrouve à la charge de l’Etat. On passe ainsi d’un problème de dette privée à un problème de dette publique. Une dette qui augmente n’est jamais de bon augure car la note de l’Etat attribuée par les agences de notations pour emprunter sur le marché financier se voit dégrader, et des pays puissants comme les Etats-Unis ou la France perdent leur triple A.

 

A retenir :

Un acteur majeur : Alan Greenspan (président de la FED)

Une date : (2007-2008)

Un outil : La titrisation

Une cause : Le surendettement

Une conséquence : Explosion de la dette

Une solution : Réguler les marchés financiers                                                                                             

Yonni Dana

Actuellement à GEM, après trois ans de prépa ECE, j'ai pour but de vous transmettre mes connaissances en ESH afin que les mécanismes économiques n'aient plus de secret pour vous !

Vous pourriez aussi aimer