Fiche récap : L’Union européenne, un géant fracturé ?

Deuxième puissance économique mondiale, l’Union européenne représente environ 17% du PIB mondial. Elle rassemble près de 450 millions d’habitants répartis parmi ses 27 membres.

 

Le projet d’union européenne

1) Des institutions complexes

  • Commission Européenne (Bruxelles) : organe exécutif de l’UE. 27 commissaires représentent les intérêts de l’UE. Dirigée actuellement par Ursula Van der Leyen.

  • Conseil de l’UE (Bruxelles) : 27 ministres représentent l’intérêt des Etats membres de l’UE.

  • Parlement Européen (Strasbourg) : députés élus au suffrage universel représentant l’intérêt de la population européenne.

  • Ces institutions n’ont pas changé depuis 60 ans.

  • Succession de traités (CECA, Traité de Rome, Acte Unique, Maastricht, Traité de Lisbonne) qui font fonctionner l’UE.
    Résultat : fonctionnement très complexe.

  • La prise de décision à 27 est difficile : certains états sont fédéralistes (sont pour une Europe unie) et d’autres plus souverainistes (privilégient les intérêts de leur pays).

  • Importance du couple Franco-Allemand : Traité de l’Elysée entre Adenauer et de Gaulle en 1963. Couple fondateur de l’UE. Relation déséquilibrée car l’Allemagne semble affirmer une volonté de puissance. France = pays suiveur de l’Allemagne ?

  • Recul de la démocratie dans certains pays : Hongrie, Pologne (la constitution polonaise a souvent rappelé sa supériorité sur le droit européen donc sanctions budgétaires par l’UE, alors que c’est le pays qui reçoit le plus d’aide de la part de l’Europe).

 

2) Résilience européenne malgré les crises

  • 1954 : Echec de la Communauté Européenne de Défense.
  • 1965 : Politique de la chaise vide de de Gaulle : ce dernier a refusé de se rendre au conseil des ministres de la CEE afin de contester contre l’élargissement de la Politique Agricole Commune 1992 : Rejet du Traité de Maastricht par le Danemark.
  • 2015 : Crise migratoire.
  • 2015 : Brexit.
    2020 : Covid 19.
    2007 : Traité de Lisbonne mettant en place des réformes pour une meilleure gestion de l’Europe. Il renforce le vote à la majorité qualifiée ainsi que le pouvoir parlementaire). Traité important pour les avancées démocratiques. Vote à la majorité qualifiée : 15 états membres sur 27 doivent être favorables, et ces états doivent représenter au moins 65% de la population de l’UE.

 

3) Une UE qui demeure ambiguë

  • On ne parle toujours pas d’une constitution et de ministres en commun les avancées démocratiques sont modestes.

  • Le processus d’Etat Européen n’est pas concrètement mis en place. Les Etats ne sont pas prêts à renoncer à leur pouvoir.

  • Problème de l’abstention aux élections européennes. Enjeux nationaux > enjeux européens.

  • Quels sont les objectifs de puissance de l’UE ? Quelles sont ses limites géographiques ?

 

Enjeux géopolitiques de l’élargissement de l’UE

1) Un élargissement historique

  • 1951 : Europe des Six avec la CECA (France, Bel, Lux, Italie, Allemagne, P-B) : marché commun pour le charbon et l’acier objectif économique.
  • 1957 : Mise en place de la CEE (ancien nom de l’UE) grâce au traité de Rome.
  • 1973 : le Royaume-Uni adhère en 1973 avec l’Irlande et le Danemark.
  • 1981 : Grèce ; 1986 : Espagne, Portugal ; 1995 : Finlande, Suède, Autriche.
  • 2004 : Estonie, Lituanie, Lettonie, Pologne, Rep.Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Slovénie, Chypre, Malte 2007 : Roumanie, Bulgarie ; 2013 : Croatie (dernier membre entré en date)

    Critères de Copenhague pour entrer dans l’UE : défendre la démocratie, les droits de l’homme, avoir une économie de marché fiable.
  • Des programmes d’aide ont été mis en place pour préparer cette intégration, engager une transition économique (notamment le cas de la Pologne).

 

2) Un élargissement qui déstabilise

  • Ecart de développement important, différence de PIB.

  • Question budgétaire Lors de l’entrée de pays plus pauvres, le budget européen augmente, ce qui crée des déséquilibres entre pays membres.

  • Enjeu démocratique et institutionnel : l’UE s’agrandit mais se divise en même temps (les Etats entrants sont de plus en plus petits).

  • Comment gouverner l’UE à 27 ? Différences culturelles, historiques entre chaque Etat.

  • Le recul de la démocratie inquiète : la Chine profite de ses faiblesses (exemple du rachat du port d’Athènes en 2016, ou encore de la Hongrie qui investit dans le projet des routes de la soie).

  • Impression d’une Europe sans frontières : comment construire une identité européenne ?

  • Rapprochement vers des zones instables : Russie, Biélorussie et même Moyen-Orient.

  • Faut-il approfondir ou élargir ? L’Europe est-elle un simple espace géographique ou un territoire avec une volonté de puissance ? Le nombre de membres fait-il la puissance de l’UE ?

 

3) Les perspectives de l’UE

  • L’élargissement est davantage perçu comme une menace.

  • La Turquie est candidate depuis 1987, mais sa candidature a été remise en question avec l’arrivée d’Erdogan au pouvoir.

  • Questions autour de l’entrée des Balkans enclavés dans l’UE, notamment le Kosovo (candidats officiels) mais peur d’une augmentation du budget européen.

 

L’Europe et la puissance

1) Enjeux démographiques

  • Baisse de la fécondité, vieillissement de la population.

  • Impact économique et géopolitique : lien entre puissance et démographie.

  • Enjeux migratoires : l’UE est un pôle majeur des flux migratoires.

C’est une solution à la baisse démographique mais de plus en plus de politiques migratoires défensives sont mises en place (exemple du Royaume-Uni).

  • La migration est davantage associée à l’insécurité : la question migratoire est gérée à l’échelle nationale.

 

2) L’UE a un fort potentiel en termes de puissance

  • A l’origine, l’UE a été crée dans un objectif de paix, à travers la construction de règles communes.

  • Mais vision naïve qui ne correspond plus à la réalité géopolitique d’aujourd’hui : environnement instable, émergences de nouvelles puissances.

  • L’UE possède un poids indéniable, une influence mondiale par sa démographie, ses infrastructures, son commerce.

  • La priorité de l’UE est de faire perdurer la démocratie et la paix, mais les conflits sont de plus en plus présents dans le monde et la guerre aux portes de l’Europe (Ukraine).

 

CHRONOLOGIE DE L’UE

  • 1951 : Création CECA : Réalisation progressive d’un marché unique
  • 1954 : Rejet de la CED échec de projet en termes de sécurité
  • 1957 : Traité de Rome CEE par les 6 : établissement d’un marché commun
  • 1962 : Création de la PAC (Politique Agricole Commune)
  • 1962 : Traité de l’Elysée : de Gaulle et Adenauer officialisent la relation franco-allemande
  • 1965 : Politique de la Chaise vide de de Gaulle
  • 1973 : premiers élargissements : Le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark.
  • 1973 : Création du Conseil européen qui rassemble les dirigeants des 27 états-membres 1981 : Entrée de la Grèce
  • 1986 : Entrée de l’Espagne et du Portugal
  • 1986 : Acte Unique Européen : libre circulation des capitaux et des travailleurs
  • 1990 : Convention de Schengen
  • 1992 : Traité de Maastricht (Rejet du Danemark)
  • 1992 : Création de la PESC : politique étrangère
  • 1992 : Critères de Copenhague pour adhérer à l’UE
  • 1995 : Fin du communisme : entrée de la Finlande, Suède, Autriche dans l’UE
  • 1999 : Reconnaissance du statut de candidat à la Turquie
  • 2007 : Traité de Lisbonne : mise en place de la double majorité, plus de pouvoir au parlement
  • 2013 : Dernières adhésion dans l’UE : la Croatie
  • 2013 : Accord de Dublin : délègue la responsabilité de l’examen de la demande d’asile d’un réfugié au 1er pays qui l’a accueilli
  • 2013 : Annexion de la Crimée par la Russie
  • 2013 : Crise migratoire
  • 2013 : Officialisation du Brexit

 

Lire plus : La Russie et ses ambitions de puissance limitées

Vous pourriez aussi aimer