Quelques citations de géopolitique pour alimenter ses copies – Jean-François Fiorina

Découvrez quelques citations de géopolitique proposées par Jean-François Fiorina, Directeur Général Adjoint de Grenoble Ecole de Management 

 

Lire plus : les conseils de Jean-François Fiorina pour cartonner en géopolitique !

 

Les « Grandes citations »

  • “Gagner sans combattre est la meilleure chose”
  • “Détruire l’ennemi n’est pas l’apothéose de l’art. Prendre ce que vous voulez à l’ennemi, que ce soit une cité, une forteresse, un bateau, une armée, voilà le summum de l’art”. Sun Tzu.
  • «On n’évite pas une guerre, on la diffère à l’avantage d’autrui.» Machiavel
  • « La propagande est une chose simple : il suffit de dire quelque chose de très gros et de le répéter souvent ». Jean Anouilh
  • “Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts.” Charles de Gaulle
  • « Quand la guerre arrive, la première victime est la vérité » Hiram Johnson, sénateur américain.
  • « La géographie ne sert pas seulement à faire de la géopolitique. Cela sert aussi, pour tout un chacun, à admirer davantage de beaux paysage, en comprenant mieux comment ils sont construits. » Yves Lacoste.
  • « Aborder la géopolitique à travers le point de vue des services secrets apporte un regard dépassionné.” Eric Rochant (créateur de la série « le bureau des légendes »
  • « La guerre n’est que la simple continuation de la politique par d’autres moyens. » Carl Von Clausewitz.

 

Cette Chine qui inquiète autant qu’elle fascine (et vice versa)

  • La Chine aura de plus en plus besoin du cuivre chilien ou du soja brésilien. Vouloir s’y opposer est un réflexe absurde. Il faut savoir distinguer ce qui est nécessaire pour la Chine de ce qui est menaçant pour les USA Walter Russell Mead. Le JDD du 24 octobre 21 – Duel Washington / Pékin en Amérique Latine.
  • «Les semi-conducteurs jouent un rôle-clé dans la montée en puissance de la Chine. Tout s’est accéléré lorsque Pékin a décidé, à partir de 2015, de miser sur une stratégie de développement tirée par l’innovation. Le leadership chinois dans le monde dépend maintenant de son avancée technologique. » Mathieu Duchâtel, responsable du programme Asie à l’Institut Montaigne. Le Monde du 3 novembre 2021.
  • «Il est difficile de déterminer ce qu’est le rêve chinois. Je vois 3 versions : d’abord restaurer la gloire passée de la Chine et de l’Etat. Ensuite, le souvenir du rêve séculaire d’une Chine moderne, riche et puissante, désir qu’ont eu tous les empereurs. Enfin, rendre les chinois fiers et heureux afin de maintenir la stabilité sociale. C’est le rêve d’un retour à l’âge d’or qu’il soit réel ou légendaire.» Lanxin Xiang, politologue. Le JDD du 7 novembre 2021.
  • « L’opacité du régime freine la Chine » Philippe Dessertine. Le JDD du 7 novembre 2021.
  • Le chinois Huawei a déposé 5464 brevets internationaux en 2020. Challenges du 4 novembre 21.
  • XIjinping, les routes de soi. Titre d’un article de Laurence Defranous. Libération du 9 novembre 2021.

Des phrases marquantes du monde de la géopolitique 

  • « Les pénuries incitent les entreprises à faire des achats de précaution ? L’économie mondiale fait face à un double choc. Un choc de demande est lié au changement de la consommation des ménages avec la pandémie. C’est ce qu’on appelle un « coup de fouet ». Le choc se propage à l’intérieur des chaînes de valeur en s’amplifiant de maillon en maillon pour finalement toucher les fournisseurs en amont. Or, ces derniers font habituellement face à des cycles plus amples que les fabricants en aval et ils ont de faibles marges. Il est difficile pour eux de s’adapter du jour au lendemain. Le choc d’offre, lui, concerne les désorganisations liées à la reprise de la pandémie dans certains pays ou alors à des problèmes spécifiques comme la fermeture d’une mine de charbon en Colombie. » Guillaume Roels, Professeur de technologie et de gestion des opérations à l’INSEAD. Les Echos du 25 octobre 2021
  • « Le premier chapitre de la globalisation, celui de l’efficacité sur les prix, s’achève. Le prochain, celui de l’économie durable et responsable, s’ouvre. Le coût social, économique et géopolitique de cette révolution est immense. » Stéphane Garelli, professeur à l’IMD. Le Temps – 30 octobre 2021.
  • « La souveraineté, ce n’est pas le repli sur soi mais un effort collectif public/privé, avec cohérence et de long terme. » Sébastien Abis, Directeur Général du Club Demeter. Twitter. « L’Europe n’a pas de stratégie dans la guerre économique mondiale. » Ali Laidi . Alternatives Economiques n°417 du 28 octobre 2021. Page 36.
  • « Plus grave qu’une autonomie stratégique accrue ou même que la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, c’est la guerre technologique qui est préoccupante. De nombreux pays asiatiques sont désormais des pays à moyens revenus, qui ne tirent plus leur croissance d’une industrie manufacturière à bas coût mais de l’innovation. Or, les restrictions américaines sur leurs exportations de technologies risquent de freiner l’innovation, qui dépend beaucoup du partage des connaissances. Le risque est de voir des technologies segmentées ou séparées en silos ». Abdul Abiad, économiste – Banque asiatique de développement. Le Monde du 7 juin 2021.
  • « La COVID-19 a montré à quel point le monde dans lequel nous vivons est interconnecté. Dans le cadre de notre relance mondiale, nous souhaitons redéfinir la manière dont nous connectons le monde pour mieux avancer. Le modèle européen consiste à investir dans des infrastructures tant matérielles qu’immatérielles, dans des investissements durables dans les domaines du numérique, du climat et de l’énergie, des transports, de la santé, de l’éducation et de la recherche, ainsi que dans un environnement propice garantissant des conditions de concurrence équitables. Nous soutiendrons les investissements intelligents dans des infrastructures de qualité, qui respectent les normes sociales et environnementales les plus élevées, conformément aux valeurs démocratiques de l’UE et aux règles et normes internationales. La stratégie « Global Gateway » offre un modèle de la manière dont l’Europe peut établir des liens plus résilients avec le monde. ». Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission Européenne. 2 décembre 2021.
  • « Nous sommes très bons pour financer des routes. Mais cela n’a pas de sens que l’Europe construise une route parfaite entre une mine de cuivre sous propriété chinoise et un port également sous propriété chinoise. Nous devons nous montrer plus intelligents pour ces types d’investissements ». Ursula von der Leyen, lors de son discours sur l’Etat de l’Union en septembre 21.
  • « Nos groupes de luxe, arrivés à un niveau de maturité, ont pris conscience qu’on s’enracine par l’éducation et qu’il était incohérent d’avoir leur siège à Paris et de systématiquement recruter des designers à Londres ou New York. Aujourd’hui, nous sommes (IFM) la seule école au monde 100 % dédiée à la mode. Les Central Saint Martins et Parsons School sont très prestigieuses, mais ce sont des écoles d’art sans lien avec l’industrie. Paris n’est pas une notion géographique, c’est une notion culturelle. » Xavier Romatet, DG Institut Français de la Mode. Le Figaro du 4 décembre 2021.
  • « Une relocalisation génère une trentaine d’emplois quand une délocalisation en détruit 80 .» David Cousquer, fondateur et gérant de Trendéo. Les Echos du 7 décembre 21
  • « Les relocalisations d’activités s’accélèrent mais créent peu d’emplois. Relocaliser, c’est un mauvais combat ! Si des activités sont parties, c’est qu’elles ne trouvaient pas de modèle économique en France. » Jean-Marc Daniel, Professeur à l’ESCP. Les Echos du 7 décembre 2021.
  • « C’est aussi une bataille dans les représentations politiques et culturelles sur ce qu’est un produit de qualité. Dans la vision européenne, cela dépend du terroir et du savoir-faire. Selon la vision américaine, le terroir et le savoir-faire ne sont pas aussi importants que la ressemblance gustative et visuelle. Sur ces deux visions, on a des guerres économiques, des batailles douanières et financières. » Pierre Raffard, géographe spécialiste des food studies, auteur du récent ouvrage Géopolitique de l’alimentation et de la gastronomie et codirecteur du laboratoire Food 2.0 à Paris. Décryptage de la décision américaine sur l’AOP Gruyère dans la revue économique suisse Bilan. 26 janvier 2022.
  • « Ce qu’il faut comprendre, c’est que des pays comme la Chine, par exemple, ont connu une inflation de plus de 10 % depuis vingt ans. Et donc à terme, ça commence à faire de plus en plus cher. D’autre part, le prix du transport a pu être multiplié par 5 cette année. Donc le coût global d’acquisition pour l’entreprise française est beaucoup trop élevé. Cela explique pourquoi on a de plus en plus envie d’acheter français et d’acheter européen, non pas par idée, mais par pragmatisme tout simple. » Olivier Wajnstock, directeur associé d’AgileBuyer au micro de Myriam Berber. RFI, le 12 janvier 2022.
  • « Voulez-vous d’un découplage de la planète, divisé par un nouveau rideau de bambou ? Nous croyons qu’un monde interdépendant, où les idées, les capitaux circulent librement est la meilleure assurance pour la paix et la prospérité. » Vivian Balakrishnan, ministre des Affaires étrangères de Singapour. Le Figaro du 23 février 2022.
  • « La géopolitique est un risque difficile à quantifier. Or les financiers et gérants aiment réduire toute la réalité à un chiffre. Dans une ère où les algorithmes de trading automatiques règnent en maître, il n’est pas étonnant que les risques non quantifiables soient ignorés par les marchés. » Pippa Malmgren, ancienne conseillère sur les marchés financiers de George W. Bush. Les Echos du 24 février 2022

Corporategeopolitics 

  • « Il faut que toutes les entreprises soient conscientes, y compris les PME, que faire face aux sanctions économique est une véritable activité managériale » Par Laurent Griot, Professeur de Géopolitique à Grenoble Ecole de Management, in « Sanctions contre la Russie : les entreprises appelées à la vigilance ». Le Dauphine Libéré du 22 mars 2022
  • « Nous possédons 231 magasins et des activités d’e-commerce en Russie. Si nous partons, nous risquons l’expropriation et nous exposons nos dirigeants locaux à des poursuites pénales pour faillite frauduleuse. Et si nous confions nos bien à un tiers, ils seront récupérés par des capitaux russes ». Yves Claude, PDG Auchan Retail International. Le JDD du 27 mars 2022.
  • « Souvent, les sanctions tardent à produire leurs effets, surtout quand il s’agit d’économies peu diversifiées, assez autarciques et peu intégrées dans le commerce mondial. Très peu de multinationales dépendent de la Russie ». Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie. Challenges du 14 mars 2022.
  • « Cyberattaques : c’est une forme de criminalité avec des conséquences géopolitiques ». Joe Ushil, senior reporter, SC Media. Le Figaro du 16 juin 2021
  • « Quand j’entends nos présidents de la République successifs parler de défense européenne qui permettrait d’entrer en premier sur un théâtre d’opérations, je pense que cela relève d’un vœu pieux. Tant qu’on n’aura pas une industrie de défense européenne capable de nous doter d’un matériel commun, on ne pourra pas avancer. » Christophe Gomart, Général, ex patron des forces spéciales. Le JDD du 20 septembre 2021.
  • « Toute la question est de savoir quel modèle économique va convaincre les décideurs africains : celui qui privilégie l’emploi local, la formation, l’insertion dans le développement, dans lequel les entreprises françaises, agiles et fines connaisseuses du terrain, ont de sérieux atouts, ou bien le low cost tout béton des projets pharaoniques turcs ou chinois ». Christophe Lecourtier, Directeur Général de Business France. Les Echos du 8 octobre 2021

 

Guerre en Ukraine

  • « Il faut honnêtement déclarer que la Russie et l’Otan sont des adversaires ». Dmitri Souslov, Vice-directeur du Centre des recherches internationales et européennes de l’École des hautes études en sciences économiques de Moscou et membre du Conseil pour la politique extérieure et de défense de la Russie. Sputnik France – 31 janvier 2022.
  • « L’expansion constante de l’Otan, dans le sillage de la Guerre froide, va à l’encontre de notre époque » . Déclaration de la Chine jeudi 18 février 2022 lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU. Cité dans l’article « un œil sur Taïwan, Pékin joue les équilibristes dans la crise ukrainienne ». Les Echos du 23 février 2022.
  • « Le paradigme unipolaire issu de la chute du mur de Berlin, fondé autour de valeurs philosophiques, économiques américaines, est terminé. Vladimir Poutine vient de rappeler que la Russie compte toujours. L’UE est un autre pôle et l’Asie du Sud-Est aspire à devenir le quatrième. Nous avons une population équivalente de 600 millions d’habitants, et si notre PIB est encore une fraction du vôtre, il devrait doubler, voire quadrupler dans les prochaines décennies. » Vivian Balakrishnan, ministre des Affaires étrangères de Singapour. Le Figaro du 23 février 2022.
  • « Mes derniers échanges me renforcent dans l’idée que nous ne pourrons plus travailler avec la Russie. Et c’est une erreur de croire que Poutine a peur des sanctions. Il s’est toujours moqué de l’économie. Ça ne l’intéresse pas. Sans compter que la déflagration économique serait plus importante en Europe (prix de l’énergie, du blé…). » Patron de la filiale russe d’un groupe industriel français. Dans l’article « Guerre en Ukraine : à Moscou, la communauté française des affaires saisie d’effroi ». Les Echos du 25 février 2022.
  • « L’ours met sa griffe sur son voisin mais le dragon va mettre la main sur l’ours ». Eric le Boucher. Les Echos du 25 février 2022.
  • « La réponse de New Delhi à l’agression russe contre l’Ukraine semble avoir été façonnée par des circonstances géopolitiques difficiles […] plutôt que par ses croyances ou ses préférences normatives. Le problème de l’Inde, c’est la Chine, et elle a besoin à la fois des Etats-Unis, de l’Occident et de la Russie pour faire face au problème chinois. » Happymon Jacob, chercheur à l’école des études internationales de l’Université de Jawaharlal Nehru. Les Echos du 2 mars 2022
Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer