Définitions de géopolitique (part 1)

L’apprentissage par coeur des définitions est un travail rébarbatif et pas forcément très passionnant, mais c‘est un passage obligé dans la préparation de l’épreuve de géopolitique. Dans cet article tu vas trouver les définitions essentielles sur le thème de l’entreprise, des migrations et de la globalisation financière. 

  • Géopolitique : étude de la puissance, de la hiérarchie des puissances et des rapports de force, rivalités de pouvoir. 

 

  • Développement :   croissance continue, durable (sustainable) et cumulative des conditions de vie dans une économie donnée. 

 

Entreprises 

  • La recherche : action de chercher, part de l’activité humaine, notamment sociale et dont l’objet est d’augmenter l’ensemble du savoir. C’est une activité volontaire, on part de l’idée qu’il y a des choses qu’on ne sait pas. 

 

  • Innovation : fait de faire du nouveau. En économie, l’innovation recouvre la recherche et développement et l’ensemble des secteurs reposant sur la découverte de nouveaux procédés ainsi que leur mise en oeuvre technique.

 

  • Technologie : savoirs, connaissances qu’on a d’une technique, i.e. d’une opération qui permet de conduire une action. 

 

  • Firme transnationale (FTN) : firme qui contrôle des opérations dans plusieurs pays depuis une maison mère dans le pays d’origine et qui maîtrise une organisation complexe à l’échelle mondiale. 

 

  • Désintermédiation bancaire : phénomène par lequel, pour se financer, les acteurs économiques, comme les entreprises ne passent plus prioritairement par les banques, qui étaient jusqu’alors incontournables, mais émettent des titres négociables directement sur les marchés financiers. 

 

  • Fonds souverains : fonds d’investissement créés par des Etats et alimentés le plus souvent par des ressources issues des exportations d’hydrocarbures ou des excédents commerciaux. 

 

  • Les délocalisations : déplacement d’unités de production pour profiter d’un environnement plus favorable. Le terme implique qu’on se place du point de vue du territoire quitté, alors qu’une délocalisation implique nécessairement une relocalisation. De ce fait, la délocalisation relève du vocabulaire politique ou médiatique, tandis que la géographie s’intéresse plutôt à la relocalisation, et à ses effets tant sur le territoire quitté que sur celui qui est rejoint.

 

  • Externalité : situation dans laquelle l’activité d’un agent économique affecte le bien être des autres acteurs sans que cela soit volontaire et n’entraîne une transaction commerciale. 

 

  • Cluster (ou pôle de compétences) : accumulation de savoir faire entre des entreprises et des centres de recherches localisés à proximité. L’objectif est de provoquer un avantage comparatif, grâce à l’accession à une masse critique par la concentration d’entreprises. 

 

  • Zone franche : espace clairement délimité dans lequel les entreprises échappent au régime  commun en vigueur dans le pays d’accueil. 

 

Migration 

  • Migration : Transfert définitif ou durable de résidence d’un lieu à un autre.

 

  • Migrant international : individu qui effectue une migration internationale, c’est à dire qui change de pays de résidence habituelle pour une durée d’au moins un an.

 

  • Étranger : individu qui ne possède pas la nationalité du pays dans lequel il réside à titre principal 

 

  • Immigré : individu né dans un autre pays que celui dans lequel il réside à titre principal. 

 

  • Tourisme : changement temporaire de lieu de résidence, les motifs de déplacement relèvent du loisir, la découverte culturelle et le dépaysement. Il s’agit d’une mobilité non contrainte. On peut citer le tourisme de loisir, le tourisme de santé, le tourisme culturel et le tourisme d’affaire par exemple.

 

  • Diaspora : du grec « spiro » (=semer) désigne les membres d’un peuple dispersé dans le monde – souvent à la suite d’un événement politique brutal – mais restant en relation les uns avec les autres et partageant au fil des générations un même rapport avec le lieu d’origine, notamment dans la perspective, même fantasmée, d’un possible retour. Constituent un exemple fascinant d’une communauté spatialement éclatée mais politiquement et culturellement dotée d’une cohérence incontestable, indépendamment du cadre classique des Etats nations. On peut par exemple citer la diaspora chinoise qui a joué un rôle déterminant dans le développement économique de la Chine.

 

  • Déplacé : s’emploie pour désigner les victimes d’un conflit, déplacées au sein de leur propre pays, par opposition aux réfugiés qui fuient la guerre ou la persécution en franchissant une frontière internationale.

 

  • Transnationalisme : ensemble des circulations humaines et échanges immatériels ou symboliques qui témoignent des appartenances territoriales multiples qu’entretiennent les membres des diasporas. 

Pour en savoir plus sur l’importance économique de la migration : D’après la Banque Mondiale, les transferts d’argent des migrants sont essentiels pour sauver les pays pauvres

 

La globalisation financière et société de l’information 

  • Flux de capitaux : mouvements des capitaux tant à court terme (hot money) qu’à moyen et long termes. Englobe prêts bancaires, investissements de portefeuille, IDE, placements spéculatifs…

 

  • La finance : domaine d’activité qui cherche à faire coïncider la capacité de financement des uns (ménages) et le besoin de financement des autres (entreprises). 

 

  • Globalisation : introduit en 1983 par Theodore Levitt dans l’article the globalization of markets = interconnexion croissante des marchés commerciaux et financiers et l’essor de flux de capitaux à l’échelle internationale. En 30 ans la finance est devenue l’une des dimensions principales de la mondialisation. 

 

Marchés financiers : 

  • Marchés boursiers : échanges d’actions des entreprises permettant de mesurer la santé de la bourse. A Paris on parle de CAC 40 (cotation assistée en continue des 40 premières valeurs du premier marché) à NY c’est le Dow Jones , à Londres le Footsie. 

 

  • Marché obligataire : échange de dette publique ou privée, en 2000 la valeur de ce marché à dépassé le PIB mondial.

 

  • Les marchés de produits dérivés : se négocient les contrats à terme, permettent de se prémunir sur un risque réel.  

 

  • Marchés des changes : depuis la fin de BW les besoins des changes n’ont cessés de croitre. 

 

  • Paradis fiscal : les capitaux se sont mondialisés mais pas les politiques économiques fiscales. Territoire souvent insulaire, où les résidents et les entreprises bénéficient d’un régime fiscal avantageux (îles vierges britanniques : 600.000 sociétés y sont enregistrées, aucune taxe + impôts sur le revenu à 8%). Pas un cancer de la mondialisation mais un des rouages. 1/2 commerce mondial et 1/3 flux financiers. Toutes les entreprises du CAC 40 possèdent au moins une filiale dans un paradis fiscal. 

Pour en savoir plus sur les paradis fiscaux : les paradis fiscaux (part 1)

Vous pourriez aussi aimer