Histoire ou géographie ? Le dilemme des khâgnes modernes au concours de la BCE

Décryptage du dilemme entre Histoire et Géographie pour les littéraires qui souhaitent préparer les écoles de commerce !

 

A/L : Histire ou Géographie ? Un choix crucial

Bien choisir entre ces deux matières enseignées avec une importance égale pour la préparation à l’ENS de Lyon est crucial pour la réussite aux concours. En l’occurrence, la matière que vous ne choisirez pas aura un très faible coefficient pour la BCE, car vous ne la passerez qu’au concours de l’ENS, tandis que l’autre aura un poids conséquent dans votre résultat final.

À titre d’exemple, le poids cumulé des épreuves ENS/BCE de Géographie ou d’Histoire en fonction des coefficients de chaque banque atteint 17,5% de la note finale pour HEC, 12% pour l’ESSEC et 14% pour l’EM Lyon et l’ESCP. A cela s’ajoute donc la note de la matière que vous n’avez pas sélectionnée à la BCE, mais que vous passerez tout de même à l’ENS.

D’un point de vue statistique, on constate qu’une majorité de candidats choisit l’histoire au détriment de la géographie, même si cette tendance tend à se réduire avec le temps. En effet, encore en 2021, 270 candidats ont choisi l’histoire contre 222 pour la géographie. Si l’Histoire peut sembler être un choix par défaut, le fait que les deux épreuves suivent le même écart-type dans la distribution des notes et la même moyenne, à quelques centièmes près, prouve que l’Histoire n’est pas seule garante de la réussite.

 

Lire plus : Quelles stratégies pour les khâgneux lors des inscriptions ? 

 

Comment choisir entre l’histoire ou la géographie ?

Évidemment, il va falloir être stratégique, et la stratégie commence par la connaissance de ses forces et de ses faiblesses. Si vous êtes bien meilleur dans l’une des matières, alors la question ne se pose même pas. Aussi, si votre niveau est à peu près égal dans les deux matières mais que vous en préférez une, choisissez celle-ci car vous devrez la travailler davantage et plus longtemps : vous aurez en effet deux épreuves de cette matière et pendant les deux semaines entre les épreuves ENS et les épreuves BCE, vous serez bien contents de pouvoir abandonner la matière que vous n’avez pas choisie.

 

Lire plus : Tous les détails du choix entre Histoire ou Géo en Prépa A/L

 

Un avantage pour la géographie ?

Si toutefois votre niveau et votre appétence sont similaires dans les deux matières, certaines considérations factuelles peuvent éclairer votre choix. Tout d’abord, on constate chaque année un assez grand écart de difficulté entre les épreuves de Géographie et d’Histoire. En effet, là où les sujets d’Histoire sont souvent très restreints (par exemple « Shangaï, moteur du changement en Chine ? » pour « La Chine, du traité de Nankin à la proclamation de la République populaire ; 1842-1949 »), les sujets de Géographie sont en règle générale plus larges.

En d’autres termes, il est moins grave d’avoir des lacunes en géographie qu’en Histoire, du moins pour les épreuves de la BCE. Les dernières années, presque sans exception, démontrent que les sujets de Géographie sont largement plus abordables que ceux d’Histoire, en atteste la présence du thème de l’année au sein même de la formulation des sujets :

  • 2019 : « Les littoraux : enjeux majeurs de l’organisation du monde », le thème étant « Les littoraux dans le monde »
  • 2020 : « La mise en valeur des ressources et les conflits de souveraineté dans les régions de l’Arctique », le thème étant « Les régions de l’Arctique »
  • 2021 : « Population, inégalités et urbanisation dans le monde », le thème étant « Populations et inégalités dans le monde »

 

Qui plus est, si vous êtes en spécialité Histoire-Géographie, le choix de la Géographie peut constituer un choix très confortable, dans la mesure où les notions et concepts que vous apprendrez en enseignement de spécialité vous seront d’une grande aide pour l’épreuve de la BCE, même si ces connaissances sont restreintes au territoire français. À l’inverse, en Histoire, l’enseignement de spécialité, puisqu’il est borné à des thèmes n’ayant rien à voir avec celui de tronc commun, ne vous sera d’aucune aide pour l’épreuve de la BCE.

 

Un autre avantage très concret en Géographie concerne l’acclimatation au format d’épreuve spécifique en 4h, d’autant plus si vous êtes issu d’une prépa qui ne vous entraine pas à ce format. De fait, en Géographie, on ne perd qu’une heure à la BCE par rapport à l’ENS, contre 2h en Histoire. Cette différence est d’autant plus flagrante lorsqu’on considère à quel point, déjà aux épreuves de l’ENS, certains candidats ont du mal à terminer leur copie, faute de temps. En Histoire, 4h, c’est extrêmement court, bien plus qu’en Géographie. Du reste, assurez-vous de vous être entraîné au moins 2 ou 3 fois à ce format, sans quoi vous aurez du mal gérer votre temps le jour J.

En outre, certains candidats choisissent de passer en géographie parce qu’ils pensent que l’épreuve est moins concurrentielle. À première vue en effet, les khâgnes classiques ayant des thèmes spécifiques en géographie, seuls les A/L modernes peuvent passer l’épreuve de Géographie sur le même thème que vous. Cela peut rassurer. Toutefois, contrairement à une croyance communément répandue, les étudiants de khâgne classique ne sont pas nécessairement meilleurs que les khâgnes modernes : inutile donc de borner votre choix à des spéculations douteuses.

 

L’Histoire, un choix qui peut aussi s’avérer payant

Toutefois, le choix de l’Histoire n’est pas une stratégie strictement dominée. En effet, c’est une matière qu’il vous faudra de toute manière énormément travailler pour les épreuves propres à l’ENS ; là où les concepts géographiques circulent d’un thème à l’autre, faisant des concepts acquis en hypokhâgne des éléments utilisables à nouveau, les faits historiques ne s’improvisent pas, et sont spécifiques à un cadre.

Pour preuve, chaque année, certains khâgnes classiques passent le concours de l’ENS de Lyon avec très peu de connaissances en Géographie, et parviennent malgré tout à s’en sortir brillamment. C’est pourquoi faire le pari de tout miser sur l’Histoire peut être judicieux si l’on parvient à très bien connaître son programme, d’autant plus si vous êtes en spécialité Histoire-Géographie et envisagez de passer les oraux de l’ENS, car le programme de tronc commun est susceptible de tomber à l’épreuve orale de spécialité. Néanmoins, soyez vigilants à ne pas trop délaisser la Géographie au motif d’une stratégie obscure et parfois contre-productive.

 

Les oraux en prépa A/L : Histoire ou Géographie ?

Contrairement à ce que certains candidats pensent parfois, ce choix de matières importe également pour les épreuves orales, notamment à HEC, puisque vous serez là encore évalué en Histoire ou en Géographie, ainsi qu’à l’ESCP, où vous devrez passer l’épreuve de LSH.

En ce qui concerne HEC, la différence de difficulté déjà évoquée plus haut entre Histoire et Géographie est encore plus flagrante aux oraux : les sujets d’Histoire sont beaucoup plus durs que les sujets de Géographie.

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les rapports du jury disponibles sur le site de HEC (2016, 2018 ou 2019), qui détaillent à chaque fois des exemples de sujets ICI.

En ce qui concerne l’ESCP, vous aurez quoi qu’il arrive le choix entre deux sujets, l’un plutôt historique et l’autre plus actuel. Ces sujets portent rarement sur votre programme. En cela, alors que les connaissances notionnelles dont vous disposez en Géographie vous serviront toujours, les connaissances historiques trop circonstancielles ne vous seront d’aucune utilité. Pour autant, les sujets historiques sont en règle générale très vastes et ne vous empêcheront pas de vous démarquer.

 

Conclusion

À moins d’être meilleur en Histoire, ou d’apprécier davantage la matière, le choix de la Géographie semble être une stratégie légèrement dominante. Toutefois, gardez en tête que les moyennes en Géographie et en Histoire sont presque les mêmes au concours, et que l’écart-type au sein de ces matières est identique. N’allez donc pas, par stratégie, choisir une matière dans laquelle vous êtes moins bon. Dans la majorité des cas,le dilemme entre Histoire et Géographie se réglera de lui-même à l’examen de vos moyennes respectives durant l’année.

Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer