Les monnaies et cryptomonnaies en Amérique Latine

Dans cet article, nous allons nous intéresser au rôle des monnaies en Amérique latine ainsi que l’arrivée des cryptomonnaies dans certains pays d’Amérique Latine. Nous verrons comment ce phénomène peut impacter l’économie des pays hispaniques comme le Venezuela ou Le Salvador. 

La « dolarización » ou dollarisation

La dollarisation est un phénomène qui consiste, pour une économie, à adopter le dollar américain comme monnaie, remplaçant ainsi leur monnaie nationale, pour fixer les prix et comme moyen de paiement. La dollarisation peut être formelle comme informelle, c’est à dire intégrale ou partielle.

Elle permet d’éviter la dépréciation de la monnaie, elle favorise l’investissement extérieur dans l’économie et impulse donc la croissance économique. En contrepartie, le pays perd sa souveraineté monétaire, il n’a plus le contrôle de la politique monétaire : il ne peut plus contrôler les taux d’intérêt ou la quantité de monnaie en circulation. L’économie peut aussi connaître des déséquilibres de la balance des paiements et cela peut favoriser l’endettement extérieur. 

Des pays tels que le Panama, l’Équateur ou encore le Salvador ont adopté le dollar de manière « formelle » c’est à dire de manière « intégrale », le dollar devenant leur monnaie principale. D’autre part, il y a le Venezuela qui a opté pour un ancrage partiel au dollar. C’est à dire que seulement une partie des transactions ou des paiements se réalise en dollar. Il s’agit d’une dollarisation « informelle » ou « partielle ».

En effet, même si le Bolívar (la monnaie vénézuélienne) a perdu de sa valeur suite à l’hyperinflation de 2019 qui s’élevait à presque 3000%, Nicólas Maduro n’a pas voulu complètement passer au dollar américain pour des raisons idéologiques. La dollarisation intégrale serait faire un pas vers les Etats-Unis et tout ce qu’ils représentent. Ainsi, le gouvernement vénézuélien a développé une autre monnaie : le Petro qui est une cryptomonnaie.

Lire aussi : Les droits de la femme en Amérique Latine

 

Les cryptomonnaies

Intéressons-nous maintenant aux cryptomonnaies, à leur usage et leur impact potentiel sur les économies d’Amérique Latine. L’usage des cryptomonnaies au niveau mondial a explosé depuis 2019 et certaines économies d’Amérique latine se sont laissées tenter par leur usage. Les économies peuvent trouver des avantages politiques mais aussi économiques à l’usage des cryptomonnaies.

Tout d’abord, au niveau politique cela permet à des pays comme le Venezuela, Cuba ou encore le Salvador, des pays à idéologique communiste, de s’affranchir de l’emprise américaine et donc libérale entretenue grâce au dollar. En effet, ces trois pays ont une relation tendue avec les États-Unis et l’usage des cryptomonnaies s’analyse donc comme un rejet de ce lien avec la puissance mondiale américaine. On peut appeler cela une  « desdolarización ». D’ailleurs, le Venezuela et Cuba sont sous embargo américain et les cryptomonnaies leur permettent d’une certaine manière de lever cet embargo et de participer au système financier mondial globalisé. 

D’autre part, l’usage des cryptomonnaies est aussi un outil pour envoyer et recevoir des « remesas » (ce sont des envois de fond de membres de la famille qui travaillent à l’extérieur du pays à leur famille). Il s’agit d’un des moteurs majeurs économiques pour les pays d’Amérique Latine elles représentent 20% du PIB d’Amérique latine. De plus, cela favorise les investissements extérieurs ainsi que le tourisme.  

Pourtant l’usage des cryptomonnaies a de nombreux risques. En effet, elles ont une haute volatilité ce qui rend l’investissement très incertain, il n’y a pas de grande autorité ou institution pour garantir l’investissement ou encore l’encadrer. De plus, elles sont souvent utilisées dans le cadre de trafic car elles sont intraçables.

Lire aussi : L’implantation progressive de la Chine en Amérique Latine 

 

Le cas du Salvador

Au Salvador, Nayib Bukele, le président salvadorien, a officialisé le 7 septembre 2021 le passage au Bitcoin devenant la monnaie nationale officielle. Immédiatement, les habitants du Salvador ont montré leur mécontentement et inquiétudes, et le FMI a demandé au gouvernement qu’il fasse marche arrière. En effet, cette méfiance générale s’explique en partie par le fait que les habitants ne font pas confiance aux fluctuations du marché, ni en une monnaie qu’ils ne peuvent toucher.

Aujourd’hui, c’est la grande désillusion, l’expansion promise par le président n’a pas eu lieu, le pays est en grandes difficultés et les habitants accusent le passage au bitcoin d’avoir facilité le blanchissement d’argent.

Lire aussi : Le tournant vers la gauche de l’Amérique Latine 

 

Le cas emblématique argentin 

L’Argentine est un pays marqué par des difficultés monétaires. En 2001, le président ancre le Peso argentin au dollar américain en fixant comme parité 1 Peso = 1 dollar, avec comme objectif de redonner confiance en l’économie, et de stopper la dépréciation monétaire. On appelle cet événement le « corralito« . Dés lors, a lieu une série de manifestations de la part des argentins. En effet, ils n’ont plus accès à leurs économies car les banques ne peuvent plus sortir d’argent. Ils sortent alors dans les rues avec des casseroles pour montrer leur mécontentement. On surnommera cet événement « las caceloras ». L’Argentine est alors au bord de l’anarchie, ce qui pousse une partie de la population à émigrer.

Plus récemment, l’Argentine a trouvé un accord avec le FMI. Le FMI a octroyé un crédit de prêt de 45 milliards de dollars pour financer la dette avec une période de grâce de 4 ans. Il s’agit du crédit le plus important jamais octroyé par le FMI, en échange l’Argentine assure de réduire son déficit fiscal et de gérer l’inflation. 

On peut donc voir, que les pays d’Amérique Latine ont souvent souffert de l’instabilité de leur monnaies poussant ainsi certaines économies à ancrer leur monnaie au dollar. L’émergence des cryptomonnaies a permis à certaines économies d’idéologie communiste de s’affranchir du dollar, qui représente l’idéologie libérale américaine. 

 

Vocabulaire 

Dollarisation = la dolarización 

Transfert de fond = las remesas

Blanchiment d’argent = un blanqueo de dinero 

Octroyer = otorgar 

Période de grâce= un plazo de gracía

Justine Lautridou

Étudiante en 1ère année à l'emlyon, Mister Prépa m'a beaucoup aidé étant préparationnaire c'est pourquoi j'ai à coeur de transmettre à mon tour mes connaissances et mes astuces !

Vous pourriez aussi aimer