Prendre ses cours efficacement en khâgne

Alors que, plus que toutes les autres filières, la classe prépa littéraire est dense en contenu et en apprentissage, bien malin serait le khâgneux qui prétendrait n’avoir jamais hésité sur la méthode à adopter pour prendre un cours exhaustif et complet. Notes manuscrites ou dactylographiées, dates gribouillées ou phrases endiablées, ou encore mots surlignés et abrégés, autant de possibilités et d’alternatives en apparence séduisantes mais qui souvent se mélangent dans votre cours, devenu confus et décousu. S’il s’agit donc de conserver une certaine cohérence dans votre approche, il reste à prendre en considération les enjeux de chaque discipline pour ajuster votre méthode matière par matière.

 

Lire plus : 4 conseils pour faire une rentée sereine en khâgne

 

1)En français 

Puisqu’une œuvre pourra toujours être analysée de mille et une façons, préférez l’écoute active à la prise de note enragée. En effet, la souplesse dans l’étude de texte vous autorise à renoncer à la plus grande exhaustivité dans la prise de notes : les interprétations variant d’un critique à l’autre, il s’agit de comprendre que l’analyse gagnante sera celle à laquelle vous serez le plus sensible et donc à laquelle vous donnerez une couleur plus personnelle et engagée dans votre copie. Moralité : si vous n’arrivez pas à tout écrire, notez avant tout les éléments qui vous interpellent et qui font sens pour vous, car en plus de les retenir plus aisément, vous saurez leur donner profondeur et conviction une fois en composition.

 

2) En philo

 

Si se constituer une banque d’exemples et de références maîtrisées reste évidemment primordial, apprendre à penser l’est encore davantage. Dans toutes les disciplines en général mais en philosophie en particulier, rien ne sert de connaître un auteur ou un concept s’ils ne sont pas mobilisés à bon escient et s’ils n’illustrent pas justement votre idée. Vous l’aurez compris : c’est votre idée qui est première, puis la référence ou l’exemple appropriés lui donnent pertinence et profondeur (même si notre culture philosophique/historique/artistique nous donne parfois des idées !). Pour prendre votre cours de manière productive, je donnerais deux astuces : 1) noter le cheminement de pensée de l’auteur afin de vous familiariser avec les questionnements philosophiques et stimuler votre esprit d’analyse. 2) Relever consciencieusement des exemples de plans de dissertation sera aussi très utile pour appréhender les raisonnements philosophiques, que vous allez alors reproduire naturellement à force de récurrence et d’habitude.

 

3) En histoire


Dense et souvent un peu exotique, cette discipline reste certainement la plus redoutée des khâgneux. Si l’exhaustivité est de rigueur, l’erreur serait de noter les événements les uns à la suite des autres comme une suite de faits disparates et d’événements hasardeux qui s’enchaînent. Au contraire, pour un cours construit et méthodique, il est indispensable de noter EXPLICITEMENT les liens logiques entre les événements pour leur donner du sens. Vous l’aurez compris : il sera toujours temps de retrouver plus tard en ligne ou dans un manuel une date que vous n’avez pas eu le temps de noter ; en revanche, et votre professeur sera irremplaçable pour cela, vous devez prioriser la compréhension des événements, l’enchaînement des circonstances, les moments de basculement. Cela vous permettra alors de gagner du temps de réflexion lors de vos futures dissertations.

 

4) En géo

Là encore, pendant ce cours, l’exhaustivité sera de mise : dates, noms de lieux, géographes, sources, statistiques, rien ne doit vous échapper. Restons lucides cependant : comprendre un graphique, un tableau statistique ou une étude de cas nécessite souvent un peu de temps ; il importe donc de reprendre posément mais sérieusement les différents supports (diaporamas, tableaux, graphiques,…) une fois le cours terminé. Ce sont souvent les petits détails (dater une étude de cas, localisez précisément une ville, chiffrer des données) qui font la différence, alors ne les négligez pas et prenez le temps de les reprendre.

Conseil : dès septembre, prenez le réflexe de venir en cours avec votre propre carte des Etats-Unis, cela vous permettra de vous repérer instantanément et de gagner finalement beaucoup de temps.

 

5) En anglais / langues vivantes

À la différence des autres matières qui sont sur programme et donc plus denses en termes de contenu, il s’agit d’analyser un texte afin de le commenter à l’écrit. Pour rester méthodique et acquérir rapidement des automatismes, vous pouvez systématiser cette technique : pour chaque texte à commenter, tracez sur une page vierge un tableau à deux colonnes : dans la première, relevez l’outil d’analyse (« TOOL ») de différents passages du texte et, en face, l’effet que cela produit (« EFFECT »). De cette manière, vous restez certains d’avoir interprété le texte, c’est-à-dire de lui avoir donné relief et profondeur.

 

À vous de trouver une méthode qui à la fois vous convienne et s’ajuste aux attentes de chaque discipline ! Pour être totalement prêts, découvrez maintenant l’organisation gagnante en khâgne !

Vous pourriez aussi aimer