Récapitulatif de l’actualité hispanophone 2021

L’actualité des pays hispaniques a encore été très riche en cette année 2021 entre élections et autres événements politiques. Voilà donc un récapitulatif de ce qu’il faut absolument connaitre pour être au top aux concours !

 

Espagne

  • Le 16 février 2021, l’arrestation du rappeur catalan Pablo Hasél a fait grand bruit en Catalogne. Ce rappeur était connu pour ses propos provocateurs envers la monarchie et a été condamné à 9 mois de prison ferme pour « apologie du terrorisme » et « calomnies contre la monarchie ». Les manifestations de colère se sont enchaînées.
  • Les élections régionales en Catalogne ont été marquées par une forte baisse de la participation, sans doute due à la pandémie. Le parti socialiste a obtenu une majorité relative tandis que les partis indépendantistes ont obtenu plus de 50% des voix. Le parti d’extrême droite Vox est devenu la quatrième force parlementaire en Catalogne. Les élections ont également été marquées par l’effondrement du parti Ciudadanos. 
  • Entre le 17 et 19 mai 2021, l’Espagne a dû faire face à une arrivée inédite de migrants sur son territoire. En effet, ce sont près de 8 000 individus qui ont rejoint Ceuta et Melilla, les deux enclaves espagnoles. Face à cette arrivée soudaine, le gouvernement espagnol de Pedro Sanchez a renvoyé la moitié de ces migrants illégaux en qualifiant cette crise de « grave pour l’Espagne comme pour l’Europe ».
  • La crise indépendantiste catalane a connu un nouveau tournant pendant l’été 2021, près de quatre ans après le référendum illégal d’autodétermination. Entre temps, les douze protagonistes avaient été jugés et condamnés à des peines de prison (entre 9 et 13 ans). En juin 2021, Pedro Sánchez a annoncé vouloir gracier ces leaders indépendantistes.  Cette décision, dont le but était pourtant d’apaiser les tensions politiques, a suscité de nombreuses réactions contestataires de la droite, de l’extrême droite mais aussi des partis indépendantistes. Cette décision constitue un tournant pour l’une des plus profondes crises politiques connues par l’Espagne.

 

Mexique

  • Le 20 juin 2021, l’Etat de Basse-Californie au Mexique a légalisé le mariage pour tous. Cet Etat rejoint donc les 19 autres Etats du pays qui ont déjà légalisé cette pratique (sur 32 Etats fédéraux au total). Les droits homosexuels gagnent donc du terrain au Mexique dans une région où ces droits sont souvent quasi-inexistants.

 

Colombie

  • Depuis le 28 avril 2021, la Colombie fait face à une vague de protestations contre une réforme fiscale visant à augmenter les impôts. Les citoyens ont également manifesté leur ras-le-bol face à la crise sanitaire, économique et sociale : ils souhaiteraient notamment un accès gratuit à la santé et à l’éducation. Dans les grandes villes, les violences se sont multipliées et ont fait face à une forte répression policière : les citoyens s’élèvent également contre la police et ses abus.
  • L’un des plus gros trafiquants de drogue de Colombie a été arrêté le 23 octobre 2021. Cet évènement n’a pas d’équivalent dans l’histoire récente du pays depuis la mort de Pablo Escobar en 1993. Dairo Antonio Usuga, aussi connu sous le surnom d’Otoniel, était membre et chef du Clan del Golfo, le plus puissant cartel de Colombie à l’heure actuelle. Son arrestation représente le plus gros coup porté par le gouvernement colombien au crime organisé dans le pays.

 

Pérou

  • Après de nombreuses instabilités politiques, Francisco Sagasti était devenu le président par intérim du Pérou. De nouvelles élections présidentielles ont eu lieu le 28 juillet 2021 et c’est Pedro Castillo qui s’est imposé. Cet homme de gauche affiche des positions radicales sur des sujets économiques mais aussi conservatrices sur certains sujets sociétaux.

 

Venezuela

  • Depuis 3 ans déjà, le Venezuela fait face à l’hyperinflation. En septembre 2021, les Vénézuéliens ont été contraints de convertir leur monnaie nationale pour la treizième fois déjà depuis 2008. Six zéros ont ainsi été retirés au bolivar, la monnaie vénézuélienne. Le quotidien des vénézuéliens n’a pas été modifié significativement parcette action mais cette nouvelle conversion met en lumière l’incapacité à résoudre cette crise économique qui ne cesse de s’aggraver.

 

Argentine 

  • Le 12 septembre 2021, les primaires des élections législatives se sont tenues en Argentine. En 2019, le parti Todos (le parti d’Alberto Fernandez) avait obtenu 47,79% des voix aux primaires. Contre toute attente, cette année, le parti du président péroniste a été devancé dans la majorité des provinces. Après plusieurs jours de crise politique, Alberto Fernandez a finalement annoncé un remaniement ministériel partiel le 17 septembre 2021, sous la pression de Cristina Fernandez de Kirchner, la vice-présidente.

 

Chili

  • Les 15 et 16 mai 2021, les Chiliens ont élu les membres chargés de rédiger la nouvelle constitution du pays. Les électeurs chiliens ont majoritairement rejeté les partis politiques traditionnels au profit des candidats indépendants. Ainsi, la liste du président Piñera a obtenu seulement 37 sièges contre respectivement 25 et 28 sièges pour les deux listes de gauche (ces dernières voulant notamment garantir l’accès à l’éducation et à la santé). Les membres de l’Assemblée constituante ont désormais entre 9 et 12 mois pour rédiger un nouveau texte, qui sera soumis au peuple par le biais d’un nouveau référendum.
  • En janvier 2021, après la légalisation de l’avortement en Argentine, le parlement chilien a entamé l’examen d’un projet de loi visant à légaliser l’interruption volontaire de grossesse. En septembre 2021, le droit à l’avortement a ensuite connu une avancée significative au Chili. En effet, avec 75 votes pour, la proposition de loi dépénalisant l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse a été approuvée. En revanche, la victoire n’est pas encore totale puisque le texte doit encore être approuvé par le Sénat. Cependant, cette avancée est tout de même synonyme d’espoir pour les femmes puisque l’avortement était encore strictement interdit jusqu’en 2017.

 

Nicaragua

  • Les élections présidentielles de novembre 2021 au Nicaragua ont été marquées par le possible quatrième mandat de Daniel Ortega. Ces présidentielles ont fait débat tout au long de l’année puisque de nombreux opposants ont été arrêtés dont plusieurs sérieux candidats à la présidence. Ce potentiel nouveau mandat de Daniel Ortega est vu comme une menace pour l’équilibre des pouvoirs et pour les droits fondamentaux des citoyens. En effet, depuis les manifestations de 2018 et la répression qui s’en est suivie, Daniel Ortega et sa vice-présidente dirigent les principales institutions du pays. De plus, il ne faut pas oublier que ce quatrième mandat est possible uniquement par les manipulations institutionnelles réalisées par Daniel Ortega, soucieux de s’accrocher au pouvoir. Le 7 novembre 2021, sans grande surprise suite à ces manipulations, Daniel Ortega est sorti vainqueur des élections.

 

Equateur

  • Le 7 février 2021, le socialiste Andrés Arauz a remporté le premier tour des élections présidentielles équatoriennes. En revanche, après le deuxième tour du 11 avril 2021, c’est Guillermo Lasso qui est devenu le nouveau président de l’Equateur. C’est donc la droite libérale et conservatrice qui a pris le pouvoir du pays.

 

Cuba

  • Le 11 juillet 2021, l’île de Cuba a connu des protestations inédites de la part de ses citoyens exprimant un ras le bol général face à la situation économique, sociale et sanitaire. Des paroles comme « Abajo la dictadura » ou « Libertad » ont ainsi démontré le mal-être des habitants désirant plus de libertés. D’ordinaire calmes, les citoyens cubains se sont mobilisés pour dénoncer leur situation et certains s’estiment même prisonniers du régime autoritaire en place. Par le biais des réseaux sociaux, les citoyens ont pu libérer leur parole et se sont ainsi organisés. Ces révoltes de 2021 sont donc sans précédent dans l’histoire récente de Cuba.
Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer