Les conseils de Joséphine : Première intégrée à Audencia

Majore au concours d’Audencia, Joséphine nous partage son expérience et des précieux conseils pour exceller aux épreuves de la BCE.

 

Bonjour Joséphine, peux-tu te présenter ?

Hello j’ai 20 ans, je viens du 92 et j’ai fait une classe prépa A/L modernes en spé anglais. Dans la vie j’aime bien la musique, être dehors, la montagne et me bouger pour découvrir pleins de nouveaux endroits.

 

Lire plus : Pourquoi Audencia plait tant aux étudiants de prépa ?

 

Pourquoi t’es-tu orientée en classe préparatoire ?

Très franchement parce que je ne savais pas trop quoi faire en terminale et que j’avais de bonnes notes. J’étais en L dans un lycée privé dans la Drôme, j’avais de bons résultats et j’aimais plutôt bien travailler, alors j’ai tenté des prépas et j’ai été prise. En me disant aussi que ces 2 années encore généralistes me laissaient le temps de réfléchir à mon projet professionnel.

 

Comment as-tu vécu tes deux années de prépa ?

Académiquement ça a été assez difficile. J’étais dans une très bonne prépa et j’ai été dernière de classe pendant 2 ans (littéralement). Le format roi d’exercice dans ma filière (la dissertation) ne m’a jamais énormément motivée. Et l’école reine non plus (l’ENS).

En revanche, socialement et humainement, ça a été incroyable. L’ambiance de ma prépa était très familiale, je me suis fait des amis vraiment pour la vie, avec qui j’ai passés les 2 mois et demi de confinement en première année. Quand on est sous une grosse pression scolaire, on est obligé d’être soi-même, il n’y a pas le choix sinon on s’épuise. Donc on se connaît vraiment bien dans la classe et ça a perduré après.

 

Dans quel état d’esprit étais-tu durant des deux années de CPGE ?

Je n’ai pas trop l’esprit de compétition donc être dernière ne me traumatisait pas trop. En revanche, j’essayais de me battre moi-même, honnêtement c’est le seul truc pour avancer. Qu’importe les notes des autres, vraiment.

  

Comment se sont passés tes concours ? Quelle était ta philosophie ?

 Je ne suis vraiment pas quelqu’un de stressée. Si les choses doivent arriver, elles arrivent, on les fait au mieux, elles passent et puis basta.

En A/L, nos admissions en école de commerce se jouent sur nos notes de la BCE mais aussi minoritairement (je ne me souviens plus du pourcentage) sur nos notes de l’ENS. Ca je dois dire que ça m’embêtait pcq il fallait que je me motive pour des épreuves d’une école qui ne m’intéressait pas mais dont les résultats impactaient les résultats d’autres écoles…

Bref, je me suis juste dit « on y est, donnons-tout et puis advienne que pourra ». Je ne me suis pas torturé les méninges franchement, j’ai agi au max de ce que j’avais comme ressources en moi c’est tout.

 

Lire plus : Plan stratégique ECOS 2025 : les ambitions d’Audencia ! 

Le soir des épreuves pendant le concours : révisions ou chill ?

CHILL !! 

Le travail c’était pendant l’année franchement. Je crois que je me rassurais en lisant les titres des parties de mes fiches ou quelque chose comme ça, mais pas plus. Ce qui est trop récemment enregistré n’a pas le temps de donner une réflexion mature et intelligente sur le papier.

 

Comment as-tu appréhendé le Tour de France ?

J’ai seulement passé les oraux de l’Edhec et d’Audencia, donc mon « tour » était vite bouclé. J’en passais peu parce que j’avais vraiment ciblé les écoles où les masters m’intéressaient. En effet après deux ans de prépa j’ai pu discerner que je voulais travailler dans le management culturel, qui est une spécialité que toutes les écoles ne proposent pas.

 

Avec des superbes notes aux oraux avec notamment 20/20 en entretien, quels conseils donnerais-tu ?

J’ai eu 20 à l’entretien de personnalité. Tout comme je suis quelqu’un de peu stressée, j’ai la chance d’être à l’aise à l’oral. Mais ça ne fait pas tout. Déjà je m’étais entraînée avec des questions un peu dures, des trucs sur lesquels je n’aimerais pas tomber, avec des profs et des amis. Aussi j’avais vraiment bossé le « pourquoi je veux votre école », en allant chercher ce qui m’intéressait sincèrement chez eux, et pas ce que tout le monde dit. Et je pense que cette sincérité s’est sentie dans mon discours. Franchement n’essayez pas d’être quelqu’un d’autre ou de jouer un rôle. Soyez naturels et sincères, ça se sent et ça paie.

En anglais et espagnol, je me suis beaucoup entraîné, il n’y a pas trop de secrets. Et puis encore une fois j’y suis allée détendue, et j’ai plus vécu ça comme des conversations assez sympas et intéressantes que comme un exercice. Bien sûr qu’il y a des cases à cocher, une forme à respecter, des connaissances à caser, mais si vous vous êtes entrainés, ça le fera. Et puis les profs seront contents de voir des gens détendus et curieux en face, ça change des autres.

 

Tu as fait le choix d’Audencia, pourquoi ?  

Déjà soyons clairs, je n’ai pas eu l’Edhec, mon entretien de personnalité s’est bcp moins bien passé. Mais ça ne m’aurait posé aucun problème d’aller à la fac si je n’étais pas contente de mon résultat.

Pendant les oraux, je me suis senti beaucoup plus à l’aise avec Audencia. L’ambiance était moins « shark ». Discuter avec les admisseurs aux oraux permet de réaliser ce qui nous attire ou pas dans la vie d’école de commerce. Et puis je me suis rendu compte que seule Audencia proposait des cursus vraiment intéressants dans la spécialisation que je voulais. Déménager à Nantes m’enthousiasmait pas mal aussi, et je n’ai pas été déçu, j’aime vraiment bcp cette ville maintenant et je me la suis bien appropriée.

Et puis je me suis dit qu’avec un 20 à l’entretien de personnalité, Audencia et moi ça devait peut-être bien coller quand même 🙂

 

Lire plus : Audencia : les raisons de partir étudier à Nantes !

 

La transition Prépa – École, c’était comment ?  

Je l’ai plutôt bien vécu, vu que le modèle académique de la prépa ne me convenait pas si bien. Et puis je me mise en coloc avec une très bonne amie de prépa, et vivre ça à deux ça change tout !

 

Ton meilleur moment depuis ton intégration à Audencia ?

Profiter du soleil au bord de l’Erdre avec les copains :))

 

Le mot de la fin pour motiver les prépas dans cette dernière ligne droite ?

Déjà calmos vous ne jouez pas votre vie. Parfois ça fait du bien de se le rappeler.

Et puis stop les nœuds au cerveau, maintenant on arrête de se poser mille questions, d’avoir des regrets ou quoi… On agit. On révise au mieux, sachant que vous avez déjà beaucoup engrangé pendant l’année donc faites-vous confiance. Et basta on y va, on compose, et ce sera bientôt fini. Mais vraiment je vous conseille ++ de ne pas vous poser de questions, ce n’est plus le moment. Faites, il y aura tout le temps pour les questionnements après. Et franchement j’étais dernière pendant toute ma prépa et j’ai majoré donc je vous jure que vous pouvez intégrer en s’accrochant. Bon courage ça va le faire !

 

Lire plus : Nicolas Arnaud : « Audencia, devenir la meilleure école pour le monde »

Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer