Les 5 erreurs à ne pas faire avant le concours

La fin des vacances de février sonne la dernière ligne droite avant les concours pour tous les étudiants en classe prépa : ultime concours blanc, dernières khôlles, révisions intenses, autant d’éléments lourds de sens pour ceux qui s’apprêtent à passer les épreuves écrites dès le mois d’avril. Et pourtant, entre le stress et l’adrénaline, le soulagement et le découragement, il n’est pas rare de commettre certaines erreurs à l’approche du concours. Découvrez dans cet article un petit florilège de faux-pas à ne pas commettre à quelques semaines des épreuves.

 

Lire plus : Comment ne pas craquer à quelques mois des concours ?

 

 

  • Se démotiver

Il s’agit d’un paradoxe souvent observé dans le monde de la prépa : alors que l’effort reste soutenu tout au long de l’année, il n’est pas rare que du découragement se fasse ressentir dans la dernière ligne droite : pile de fiches, révisions qui s’accumulent, planning à rallonge, tout est prétexte à se démoraliser. Gardez donc à l’esprit qu’il serait dommage d’anéantir l’aboutissement de deux voire trois années intensives de travail : c’est maintenant que tout se joue !

 

Lire plus : Comment se motiver en prépa ?

 

 

  • Anticiper une khûbe

Nombreux sont ceux qui, parce qu’ils pensent déjà à faire une khûbe l’an prochain, choisissent de prendre ce concours à la légère. Et pourtant, cela serait nier toute possibilité d’intégrer l’école de vos rêves dès cette année. Par ailleurs, ce calcul faussement stratégique pourrait bien s’avérer perdant si, pour une raison ou pour une autre (hausse d’effectif, opposition d’un professeur, etc.) vous n’aviez finalement pas la possibilité de khûber. Le choix le plus sage reste ainsi de faire comme si vous n’alliez pas khûber, de sorte à vous mettre en conditions dès cette année, à apprendre de ce concours, et à peut-être intégrer !

 

Lire plus : Les 10 commandements du khûbe en prépa littéraire

 

 

  • Sécher pour mieux réviser

Le pire scénario pour les professeurs se réalise souvent en fin d’année : des salles moins remplies, des absences répétées, des étudiants moins concentrés. On s’imagine – à tort- que les cours en face-à-face deviennent secondaires par rapport aux révisions, alors même que l’assiduité reste primordiale pour notre réussite : les conseils personnalisés et avisés de dernière minute pourraient vous être d’une aide précieuse. Par ailleurs, manquer des cours, c’est aussi devoir les rattraper, ce qui se traduit finalement par davantage de révisons. C’est donc à vous de vous organiser pour réussir à caser dans votre emploi du temps les révisons en plus des cours. Vous l’aurez compris : en ces temps difficiles, les plannings sont votre meilleur allié !

 

Lire plus : 4 bonnes raisons de travailler les matières que l’on n’aime pas

 

 

  • Réviser à s’en écœurer

Si prendre le concours à la légère n’est certes pas recommandé, il s’agit néanmoins de ne pas tomber dans le travers inverse : réviser à l’excès. Plus vous révisez, plus vous avez envie de réviser : chaque détail paraît essentiel, chaque élément a son importance. Et pourtant, il faut aussi savoir garder une certaine mesure : écourter ses nuits ou sauter des repas au profit des révisions n’est somme toute pas si stratégique, au vu de l’énergie dont votre corps et votre cerveau ont besoin pour pouvoir assimiler des connaissances. Il est donc fondamental de ne pas être écœuré avant le début des épreuves, de sorte à avoir encore les idées claires le jour J.

 

 

  • Négliger sa santé

Ce dernier conseil – et pas des moindres ! – reste dans la continuité du précédent : conserver un mode de vie sain, même dans cette période extrêmement stressante. Cela passe aussi bien par une bonne santé physique que par une santé mentale solide : faire des nuits complètes, prendre deux repas complets par jour, s’aérer, pratiquer du sport, voir ses amis, autant de paramètres absolument essentiels pour arriver frais le jour du concours. En quelques mots : se sentir bien, c’est un facteur de réussite.

 

Lire plus : Prépa ECG : l’importance du sommeil et comment le gérer

Vous pourriez aussi aimer